Jeudi 17 Aout 2017

L'ergonomie des postes de travail

Il est souvent question, lorsqu’on parle d’ergonomie sur le lieu de travail, d’équipements modulaires et adaptés, de postes de travail modernes et adaptés à l’opérateur… L’Institut National de Recherche et de Sécurité met en garde contre la logique simpliste du « problème = solution », et préconise une approche plus humaine de la santé et sécurité au travail.

Ergonomie des postes de travail

C’est le principe de la démarche ergonomique, qui se divise en trois étapes. Le groupe d’étude doit d’abord se pencher sur le travail en lui-même. Quelles sont les conditions ? Les contraintes ? Les objectifs ? Une simple observation des statistiques telles que le temps passé à chaque poste est insuffisante, et le dialogue avec l’opérateur est essentiel pour le bon déroulement de la démarche.

Ce qui rejoint directement la deuxième étape ; la maîtrise de l’ergonomie par le personnel. Quelles mesures sont en place ? Quelles sont les dispositions prévues pour améliorer le quotidien des opérateurs ? Quels sont les problèmes connus au sein de l’espace de travail ? Parvenir à des éléments de réponse ici implique entretiens et observation du personnel, de la ligne de production au bureau du chef d’entreprise. L’être humain étant au cœur du processus d’ergonomie, aucun membre d’une entreprise ne doit être laissé pour compte.

C’est précisément le but de la troisième étape ; établir des groupes de travail impliquant tout le personnel, chaque groupe étant constitué d’opérateurs représentant leur catégorie (spécificités, postes de travail, expérience…). Le but ici est d’obtenir un maximum de retours quant à l’état des conditions de travail, ce qui est satisfaisant et ce qui gagnerait à être amélioré. L’enjeu ici est double; le personnel se sent écouté et pris en compte, et la direction bénéficie d’informations de première fraîcheur qu’elle peut mettre à profit pour investir ou réajuster sa politique en accord avec les retours obtenus.


Partager cet article

Commenter cet article