Dimanche 20 Aout 2017

Les exclusions applicables à toutes les catégories d’assurances

Dans toutes les polices d’assurance se trouvent toujours certaines exclusions qui correspondent soit à des risques ayant un caractère catastrophique et que, de ce fait, les assureurs ne peuvent accepter de prendre en charge, soit à des risques n’ayant pas le caractère aléatoire nécessaire à tout contrat d’assurance (visitez ici). Parmi ces exclusions générales qui s’ajoutent aux exclusions spécifiques à chaque risque, citons :

  • Les dommages causés intentionnellement par l’assuré ou avec sa complicité ;
  • Les dommages du à la guerre (civile ou étrangère), à des émeutes ou à des mouvements populaires ;
  • Les dommages causés par suite d’actes de terrorisme ou de sabotage commis dans le cadre d’actions concertées de terrorisme ou de sabotage ;
  • Les dommages causés par des tremblements de terre, des éruptions volcaniques, des inondations, des raz-de-marée ou par l’ébranlement provoqué par le « mur du son » ;
  • Les dommages dus à l’énergie atomique.

Exclusions applicables à toutes les catégories d’ assurances

Il convient de noter toutefois qu’en matière d’assurance transport, ou n’existe pas le même danger de cumul de risques que dans les autres branches d’assurance, l’assureur accepte de garantir certains de ces risques (tels que raz-de-marée, tremblement de terre, etc.) d’une façon systématique. Sur demande expresse, il est possible par ailleurs de faire couvrir la marchandise contre les risques de guerre ou de grève pendant son transport.

Il convient de noter aussi que certaines dérogations peuvent également être admises pour des cas particuliers, dans les autres branches d’assurance. Il en est ainsi, par exemple : de la garantie des incendies ou explosions provenant d’émeutes, mouvements populaires ou actions concertées de terrorisme ou de sabotage.

D’autre part, la généralisation de l’utilisation de radioéléments artificiels dans l’ensemble des secteurs économiques, qu’ils soient industriels, commerciaux, médicaux, agricoles ou scientifiques entraine de plus en plus de demandes d’assurance pour ces nouveaux risques particuliers (de nature « atomique ») mis à la charge des utilisateurs.

Les dommages qui peuvent être ainsi créés sont aussi bien d’ordre corporel que d’ordre matériel, par l’altération de certaines substances ou matières ou par leur activation.

Ces risques, qui sont à la fois des risques :

  • De dommages aux matériels,
  • De dommages aux personnes,
  • De responsabilité civile,

Peuvent être généralement couverts par des polices spéciales délivrées par la plupart des compagnies opérant sur le marché français, qui a cet effet on constitue un groupement dénommé, le but des sociétés a été de mettre en commun leur capacité de souscription sur des capitaux élevés, chacun gardant toutefois le contact direct avec sa clientèle. Ce groupement a, en outre, pour but d’édicter des règles de garantie, de souscription et de tarification.

Il paraît nécessaire enfin de signaler un risque qui, bien que n’étant pas nouveau, ne fait que depuis peu l’objet de demandes d’assurance. Il s’agit des obligations contractuelles exorbitantes du droit commun, que de nombreux industriels, ensembliers, vendeurs clés en mains, fournisseurs sont amenés à prendre dans le cadre des délais de réalisation (pénalités de retard) ou de garanties de performances (rendement, consommation, conformité des produits, etc.).

Les assureurs ne sont penchés depuis sur ces problèmes, dont la solution s’avère extrêmement difficile en raison même, d’une part, de la nature du risque, et, d’autre part, de l’importance qu’il revêt bien souvent en montant.

On ne peut pas dire qu’il existe actuellement un marché dans ce domaine.


Partager cet article

Commenter cet article