Mercredi 29 Mars 2017

La gestion des déchets de chantier dangereux

La mise en place d'un chantier de construction donne lieu à la production d'un certain nombre de déchets. La législation prévoit certaines règles pour la gestion des déchets de chantier en divisant ceux-ci en deux catégories distinctes : les déchets banals et les déchets dangereux.

Ces deux types de déchets ne sont pas orientés vers les mêmes structures pour traitement. Si les déchets non dangereux sont aisément orientables (ciment, béton, sable, plâtre, papiers et cartons,...) ceux qui sont réputés nocifs pour l'environnement et donc pour nous, suivent une procédure très rigoureuse.

La gestion des déchets de chantier dangereux

La législation en vigueur demande à ce que les déchets dangereux soient d'abord identifiés, emballés séparément puis identifiés à l'aide d'un étiquetage agréé.

Gestion des déchets de chantier

Parmi toutes ces matières polluantes pour l'environnement, on trouve les déchets de carburant, les déchets de nature explosives, les produits et les matières de toutes sortes susceptibles de provoquer irritations, et risques potentiels pour la santé après inhalation ou ingestion.

Les éléments ayant contribué à la mise en place du chantier et de nature à dégager des gaz toxiques au contact de l'air, de l'eau ou de toute autres éléments chimiques sont également concernés.

D'autres substances particulièrement sensibles sont également mises en cause. Celles générant d'autres substances toxiques pour l'environnement lors de leur traitement ou destruction font également partie de la gestion des déchets de chantier dangereux.

Les entreprises habilitées à prendre en charge ces matières dangereuses doivent bien évidemment être agréées par arrêté préfectoral aussi bien pour la collecte, le transport que la remise aux centres de traitement.


Partager cet article

Commenter cet article