Vendredi 18 Aout 2017

Stress et chute des cheveux

Le stress a des conséquences plus ou moins importantes sur la santé des cheveux. Cela se manifeste évidemment par une perte cheveux. La conséquence la moins grave est appelée effluve télogène. Il s’agit d’une chute cheveux survenant après un stress liée à une maladie ou un bouleversement important du métabolisme de la personne concernée. Citons entre autres les maladies graves, les blessures et l’accouchement. Ce type de chute capillaire peut aussi survenir à la suite d’un stress émotionnel causé par exemple par le décès d’un proche, un licenciement…etc. Au lieu de pousser, les cheveux se mettent au repos avant de tomber de manière soudaine. Cette chute a lieu en général 90 jours après l’évènement déclencheur. Une repousse est toutefois prévue entre six et neuf mois après, mais il convient de demander l’avis d’un spécialiste pour déterminer la nécessité ou non d’un traitement médicamenteux. Un traitement est notamment indispensable si la perte de cheveux est causée par une anémie, un lupus érythémateux ou encore un dérèglement de la glande thyroïde. Sans un traitement adapté, les cheveux ne risquent pas de repousser.

Les personnes subissant un stress intense peuvent être atteintes d’une alopécie aiguë généralisée. Comme son nom l’indique, cette chute de cheveux peut toucher l’ensemble du cuir chevelu. Cette alopécie aiguë résulte des actions des globules blancs sur les follicules capillaires. Ceux-ci stoppent leur croissance et finissent par tomber. La repousse est possible, mais c’est difficile tant que la cause du stress intense n’est pas décelée et traitée. Soulignons que beaucoup de femmes perdent des cheveux après un accouchement. Cela est dû en partie au dérèglement hormonal, mais aussi au stress que subissent souvent les jeunes mamans face à leurs nouvelles responsabilités. Et le mieux est de traiter rapidement le problème parce que si la chute de cheveux persiste, il se peut qu’une chirurgie capillaire soit nécessaire.

avis xyphanol

effluve telogene


Partager cet article

Commenter cet article