Vendredi 26 Mai 2017

Quels supports pour un investissement en bourse ?

Les performances exceptionnelles offertes par la bourse et le marché financier contribuent chaque année à attirer de plus en plus d'investisseurs français vers les rouages du « boursicotage ». En effet, si elle peut être instable à court terme, la bourse représente sur le long terme l'un des placements les plus rentables qui existent en ce moment et qui plus est, elle saura se révéler être un excellent outil de diversification pour votre portefeuille de placements. Bien que les raisons dépendent des investisseurs, il est un point où tout le monde tombe d'accord : les supports pour investir en bourse. Voici donc, pour vous aider à affiner votre choix, la présentation de deux placements dynamiques idéaux pour un investissement en bourse : le compte-titre et le PEA.

Quels supports pour un investissement en bourse ?

Préface : les deux placements en quelques mots

Le compte-titre

Le compte-titre est un dépôt qui se compose uniquement de valeurs mobilières, c'est-à-dire les obligations, les actions, les FCP et les SICAV. Le but d'un compte-titre est d'offrir à son détenteur la possibilité de disposer de plusieurs valeurs mobilières, d'acheter et vendre ces dernières en toute liberté et sans aucune restriction.

Le PEA

Apparu en juillet 1992 dans la loi n°92-666, le Plan d’Épargne en Actions (PEA) est né de la volonté des pouvoirs publics d'inciter les investisseurs français à se diriger vers l'actionnariat populaire. Ainsi, le PEA a vu le jour, à destination du marché financier français et européen principalement et offrant des avantages fiscaux évolutifs dans le temps.

Concrètement, le PEA prend la forme d'une enveloppe fiscale qui offre aux contribuables la possibilité d'investir sur les OPCVM européens et les marchés actions.

Les spécificités des placements

La « double fiscalité » du compte-titre

Si vous souhaitez vous lancer dans un investissement en bourse au travers d'un compte-titre, il est important que vous sachiez distinguer les deux types de fiscalités existantes.

  • la fiscalité relative aux revenus d'actions ou d'obligations : c'est-à-dire celle des revenus de valeurs mobilières
  • la fiscalité relative à la cession des valeurs mobilières : c'est-à-dire celle des plus-values mobilières

L'existence de deux PEA

Vous pouvez effectivement souscrire à deux types de PEA bien différents : le PEA assurance, appelé également PEA CAPI, ainsi que le PEA bancaire.

  • Le PEA assurance se contracte auprès d'une compagnie d'assurance ou auprès d'un établissement assimilé et prend la forme d'un contrat de capitalisation qui vous offrira en plus l'option fiscale du PEA.
  • Le PEA bancaire quant-à lui se contracte auprès d'un établissement bancaire ou auprès d'un établissement assimilé et se compose d'un compte espèces assurant la transmission des fonds vers le compte-titre détenteur des valeurs mobilières.

Zoom sur la fiscalité

Au sujet du compte-titre

  • Comme nous l'avons vu ci-dessus il existe deux fiscalités différentes : quelles sont donc leurs spécificités ?
  • La fiscalité relative aux revenus de valeurs mobilières)

Jusqu'à présent il vous était possible de choisir entre deux modes d'imposition : le prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) qui taxe vos revenus à 19 % avec en plus les cotisations sociales à 15.5 % ou, vous déclarer à l'impôt sur le revenu ce qui entraîne un premier abattement de 40 % puis un second qui s'élève à 1525 € pour une personne célibataire, veuve ou divorcé ou à 3 050 € pour un couple.

Seulement, depuis le 1er janvier 2013, il ne vous est plus possible d'opter pour le PFL, et les plus-values sont donc automatiquement imposées à l'impôt sur le revenu.

La fiscalité relative aux plus-values mobilières

Elle va être définie en fonction de la plus-value des ventes réalisées au cours de l'année civile pour tous les compte-titres détenus et tous les établissements financiers confondus.

De plus, depuis le 1er janvier 2011, les plus-values sont imposables dès le premier euro à un taux fixe de 19% (hors prélèvements sociaux) et, les moins-values sont imputables sur les gains réalisés la même année avec la possibilité de reporter l'excédent sur les dix années suivantes.

Au sujet du PEA

Durant la durée de détention du PEA, les plus-values de cession et les dividendes réalisés et réinvestis au sein du Plan vont être exonérés de l'impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux, ce qui fait que le PEA dispose d'une fiscalité très avantageuse.

Exemples

  • En cas de retrait avant 2 ans : l’imposition des plus-values nettes est de 22.5 % au titre de l’impôt sur le revenu et de 15.5 % au titre des prélèvements sociaux soit 38 %.
  • En cas de retrait entre 2 ans et 5 ans : l’imposition des plus-values nettes est de 19 % au titre de l’impôt sur le revenu et de 15.5 % au titre des prélèvements sociaux soit 34.5 %.
  • En cas de retrait au-delà de 5 ans : les plus-values nettes sont exonérées d’impôts sur le revenu mais subissent les 15.5% au titre des prélèvements sociaux.
  • Après 8 ans : le régime d'imposition est le même qu'après 5 ans avec la possibilité de transformer le capital en rente viagère. Cette rente pourra être exonérée de l'impôt sur le revenu mais restera soumise aux prélèvements sociaux.

L'essentiel

Parce-que la plupart des investisseurs sont des personnes qui aiment aller au fond des choses tout en retenant en quelques lignes les spécificités premières des différents placements, voici donc ce qu'il est bon de retenir concernant le compte-titre et le PEA.

Le compte-titre

  • C'est un placement qui ne bénéficie d'aucun avantage fiscal
  • Grâce à un compte-titre vous pouvez détenir tous types de valeurs mobilières sans restriction
  • Vous pouvez détenir plusieurs compte-titres
  • Les moins-values vont être déductibles des plus-values réalisées

Le PEA

  • Deux types de PEA : le PEA assurance et le PEA bancaire
  • Dynamique, ce placement vous aidera à obtenir des actions ou des titres d'OPCVM français ou européens, tout en bénéficiant d'avantages fiscaux sur le moyen et long terme
  • Le transfert d'un PEA peut se faire très simplement sans perdre son antériorité
  • Vous ne pouvez détenir qu'un seul PEA et vous devez être en plus domicilié fiscalement en France

Conclusion

A présent l'investissement en bourse n'a quasiment plus aucun secret pour vous car vous êtes apte à effectuer un choix entre le PEA et le compte-titre, ou bien encore conserver les deux ! La bourse pourra vous apporter des rendements très intéressants sur le long terme, mais gardez toutefois en mémoire que c'est également un secteur où le risque est important et que de fait, il est important de faire les bons choix.


Partager cet article

Commenter cet article