Vendredi 18 Aout 2017

La taxidermie au service des musées

Vous avez déjà du visiter un musée d’histoire naturelle, mais lorsque vous vous promenez entre zèbres, baleines et aigles royales,  vous êtes vous déjà demandé d’où proviennent toutes ces espèces animales que vous admirez? Un lion qui attrape une gazelle, un mammouth dans la neige, toutes ces scènes sont immortalisées par des experts en taxidermie. Zoom sur ce métier qui donne un souffle de vie aux musées.

La taxidermie au service des musées

Vision pédagogique et scientifique de la taxidermie

Lorsque la taxidermie se met au service des musées, elle a pour but de documenter et d’enseigner au grand public la richesse du patrimoine naturel qui existe sur terre. En effet, sans cet art millénaire, nombreuses seraient les personnes à n’avoir jamais vu en chair et en os une espèce exotique ou en voie de disparition. Mais grâce à leur travail précis et minutieux, cela devient possible.

Les taxidermistes  de musée ne se chargent pas que d’enrichir et d’alimenter les collections nationales avec de nouvelles espèces, ils assurent aussi  la conservation des animaux en voie de disparition, ainsi que la restauration de sujets d’anciennes collections.

L’art d’immortaliser un moment

Les maîtres de la taxidermie réalisent leurs ouvres dans le plus grand respect du spécimen. Depuis l’oiseau en plein vol jusqu'aux parades amoureuses des grenouilles, ils se chargent d’illustrer méticuleusement les comportements, habitudes et attitudes des animaux. Pour cela, ils reconstituent avec minutie pelages, plumages, émotions et encore bien d’autres aspect de la bête, afin d’offrir des montages fiables et exacts aux visiteurs.

En règle générale, la grande majorité des animaux donnés aux musées sont issus de zoo ou de ménagerie. Après une mort naturelle, ceux-ci  deviendront des pièces d’une grande richesse pour la science. Les animaux en voie de disparition, tels que le panda géant ou l’ours polaire, seront d’autant plus extraordinaires pour les taxidermistes ainsi que pour les visiteurs.


Partager cet article

Commenter cet article