Vendredi 23 Juin 2017

Test de Turing : Picasso vs Ordinateur

L’intelligence artificielle est probablement la branche de la science qui va mettre à bas ce qui a été jusqu’à ce jour considéré comme l’absolue supériorité de l’Homme sur la machine : la capacité d’apprendre.
Le programme DeepMind de Google vient d’en faire une démonstration époustouflante en gagnant pour la 3ème fois contre le champion du monde de go. Un exploit jugé impensable il y a seulement quelques mois.

Mais c’est sur un autre terrain que l’intelligence artificielle montre aussi sa force : la création picturale.

Voici 2 œuvres côte à côte :

A gauche, une jeune femme endormie. Mélange de réalisme saisissant dans les détails de la peau, des cheveux et des ombres, et de surréalisme du décor.

A droite, un paysage à la Van Gogh. Un ciel tourmenté, des blés qui vibrent sous le soleil, un arbre qui crève la toile. Deux types d’œuvres étudiées en Manaa / Prépa Art ou plus globalement dans les écoles de graphisme et d’art appliqué.

Mais l’une des deux n’a jamais été peinte par un humain. Oui, mais lequel ?

C’est l’expérience que vous propose le test de Turing : détecter à l’œil nu parmi 20 œuvres, les 10 produites par des humains, et les 10 dues à l’intelligence artificielle.
Et ceci n’a rien d’intuitif, car il est très tentant d’attribuer à l’humain des « styles » que nous pouvons identifier.

Mais le deep learning est passé par là. Car il ne s’agit plus pour la machine de programmation classique, mais d’un auto apprentissage au sens où nous même apprenons de l’expérience. Fournissez à la machine des milliers d’images. Elle sera progressivement capable d’elle-même d’en identifier les racines communes, et finalement de créer une œuvre originale utilisant tous les codes des modèles.

Bien sûr, les ressources nécessaires pour cette analyse ne sont pas à la portée du premier PC venu, mais pour combien de temps ?

A ce petit jeu, tous les styles ne sont pas égaux. On pourrait imaginer que le figuratif réaliste est le plus facile à reproduire pour l’ordinateur. En réalité, plus les œuvres tirent vers l’abstrait, plus il devient difficile de les détecter. C’est dur pour les impressionnistes, très dur pour les cubistes, presque impossible pour l’abstraction pure.

Donner à la machine toute l’œuvre de Picasso à digérer, et elle vous proposera un faux convainquant.

Faites en vous-même l’expérience en réalisant le test de Turing sur turing.deepart.io et si, comme moi, vous obtenez 6/10 c’est probablement plus par le hasard statistique que pour vos capacités en histoire de l’art.


Partager cet article

Commenter cet article