Vendredi 23 Juin 2017

Théâtre : Le Passeur de Samuel Philippe

Le Passeur est une pièce de théâtre française.

Une comédie à deux personnages, publiée chez Mon Petit Editeur. Première œuvre à la fois dense et légère, drôle et profonde, elle traite du mensonge, de la culpabilité et plus largement du rapport à la vie.

C'est la première pièce de Samuel Philippe, auteur trentenaire trouvant ses influences chez Woody Allen, Groucho Marx ou encore Jules Romains.

La pièce fait plusieurs allusions à la Divine Comédie et à Faust, avec un humour parfois noir, un goût évident pour la philosophie et le débat.

Max et Pierre

Dans cette comédie, Max traverse une épreuve importante pour lui. Il se retrouve confronté à son pire cauchemar.

Ce personnage menteur, de petite moralité, va devoir rendre des comptes et défendre son cas face à un interlocuteur qu'il peut difficilement duper : Pierre.

Dans un contexte unique et étrange, il ne pourra pas fuir la discussion et devra essayer de se justifier et de s'expliquer.

Deux esprits acérés et des verves brillantes vont échanger leurs points de vue et tenter de se comprendre.

Extrait :

PIERRE. ― Il faut que je t’explique qui je suis.

MAX. ― Si vous êtes capable de faire vite…

PIERRE. ― Parce que ton emploi du temps est surchargé ?

MAX. ― Non, mais je m’ennuie facilement.

PIERRE. ― C’est par ton idiotie que tu t’ennuies.

MAX. ― Merci. Combien vous dois-je ?

PIERRE. ― Il n’y a pas d’organe de l’ennui. L’ennui on le génère

soi-même et souvent, par la suite, on s’y complaît. Il y a toutes

sortes de vecteurs à cet état, chez les uns cela peut être la

lassitude, chez d’autres une certaine forme de sécheresse d’esprit.

Chez toi, c’est l’idiotie.

MAX. ― Avec les années, j’admets que je n’ai pas pris une grande

habitude à l’intelligence. L’âge faisant chemin, il est vrai que j’ai

eu tendance à emprunter davantage les raccourcis de la pensée.

On appelle ça l’expérience, non ? Le pli de ne plus réfléchir… et,

au lieu de ça, de sommairement répéter nos vieilles marottes,

gondolées au fil du temps. Quoi qu’il en soit, ayez la bonté

d’expédier en vitesse vos présentations… Ce sera ça de gagné sur

l’éternité. C’est déjà assez long, ne faisons pas en plus que ce soit

rasoir, ou cela nous semblerait durer le double de ce que c’est !

PIERRE. ― Si je te connais avec métier, c’est qu’il y a une raison.

MAX. ― Je peux le croire. Il y a une raison à tout, pourquoi pas

à cela.

PIERRE. ― Et quelle est-elle selon toi ?

MAX. ― La raison ?

PIERRE. ― Oui, la raison.

MAX. ― Je suppose qu’on vous aura bien renseigné.

PIERRE. ― Non, tout ce que je sais, je ne le sais que par moi même.

MAX. ― Ah, vous êtes un autodidacte…

PIERRE. ― Tu n’as donc aucune explication ?

MAX. ― Je ne sais pas. Vous avez été gâté par la nature d’un don

extraordinaire… Vous avez la science infuse, là où nombre l’ont

confuse…

PIERRE. ― J’aurais aimé.

MAX. ― Vous êtes omniscient… Peut-être même sans le savoir,

et je vous l’apprends aujourd’hui.

PIERRE. ― Non plus.

MAX. ― Alors, je ne vois pas… Mais peut-être justement êtes vous

voyant, et possédez la capacité exceptionnelle de lire dans

chacun comme dans un livre ouvert… ou comme on écoute un

livre audio.

PIERRE. ― Je n’ai pas cette faculté, non, désolé.

MAX. ― Ne le soyez pas. Cela m’aurait fait un peu peur…

La pièce Le Passeur est disponible en version papier, eBook et PDF.


Partager cet article

Commenter cet article