Samedi 27 Mai 2017

Trouver un financement en Afrique plus facilement grâce au crowdfunding

Le financement en Afrique constitue les facteurs du développement économique africain.  Ce qui touche tous les acteurs des secteurs d’activité existant dans le continent. Il est difficile de trouver un financement en Afrique pour réaliser un projet de grande envergure quand on est n’est un jeune diplômé à cours de ressources.

Environ 25% des jeunes Africains se lancent dans l’entrepreneuriat. Beaucoup songent à avoir leur propre entreprise, selon leurs spécialités. Ce qui fait que les projets de création d’entreprise ont enregistré une hausse ces dernières années. Dans la plupart des cas, tant en Afrique que dans les autres continents, les  start-up n’ont pas la moindre chance d’obtenir des crédits venant des établissements classiques dont les banques et les microfinances, puisqu’ils font partie des clients à risques. En constatant cette frilosité des institutions bancaires, et aussi la difficulté d’emprunter à des particuliers, des entrepreneurs africains ont adoptés le crowdfunding compte tenu du contexte général de l’Afrique. Ce mécanisme consiste à déposer le projet sur une plateforme en ligne afin de sensibiliser les internautes de verser chacun une petite somme pour mettre en œuvre le projet. Les plateformes de crowdfunding en Afrique exigent d’analyser de la viabilité et de la pérennité du projet avant la campagne de levée de fonds, en foi de quoi motiver les  contributeurs de financer un projet de qualité et unique. Cependant, les chances du porteur de projet à trouver des investisseurs potentiels sont très élevées, surtout si les chiffres d’affaires prévisibles pour les premières rentabilités de la future société née du projet sont intéressants. Pour les projets entrepreneurials ou économiques, les porteurs de projet se lancent majoritairement dans le crowdfunding Equity, c'est-à-dire que les investisseurs deviennent des « actionnaires » dans la nouvelle entreprise née du projet en contrepartie de leur participation au financement du projet. Leurs parts sont déterminés à partir du volume de leur contribution, dont leur nombre d’actions.

Nombreux secteurs ont besoins de financement en Afrique, à citer principalement le secteur du tourisme et de l’hôtellerie, et aussi de l’agroalimentaire. Avec la réalisation de quelques projets pouvant avoir un impact positif remarquable sur ces domaines potentiels, le marché africain devrait connaître une hausse considérable d’ici à la fin de l’année 2020.


Partager cet article