Dimanche 20 Septembre 2020

28 000 décès manquants: suivre le véritable bilan de la crise des coronavirus


Au cours du dernier mois, au moins 28 000 personnes de plus sont mortes au cours du dernier mois de la pandémie de coronavirus que le rapport officiel sur le nombre de décès de Covid-19, un examen des données sur la mortalité dans 11 pays montre - fournissant une image plus claire, quoique incomplète, du bilan de la crise .

Au cours du dernier mois, beaucoup plus de personnes sont mortes dans ces pays que les années précédentes, a révélé le New York Times. Les totaux incluent les décès de Covid-19 ainsi que ceux d'autres causes, incluant probablement des personnes qui n'ont pas pu être traitées car les hôpitaux sont devenus débordés.

28 000 décès manquants: suivre le véritable bilan de la crise des coronavirus

Où nous avons trouvé des décès plus élevés que la normale

Région
PCT. dessus de la normale
Décès excessifs
-
Décès de Covid-19 signalés
=
DifférenceEspagneMar. 9 - 5 avril
66%
19 700
-
12 401
=
7 300
Angleterre et Pays de GallesMar. 7 - 10 avril
33%
16 700
-
10,335
=
6 300
FranceMar. 9 - 5 avril
28%
13 100
-
8 059
=
5 100
New York CityMar. 11 - 18 avril
298%
17 200
-
13 240
=
4.000
Pays-BasMar. 9 - 5 avril
33%
4.000
-
2,166
=
1.900
IstanbulMar. 9 - 12 avril
29%
2 100
-
1 006
=
1 100
JakartaMarch
36%
1 000
-
84
=
900
BelgiqueMar. 9 - 5 avril
25%
2 300
-
1 447
=
800
SuisseMar. 9 - 5 avril
21%
1 000
-
712
=
300
SuèdeMar. 9 - 12 avril
12%
1 100
-
1 160
=
-100

          
          

  Remarque: Les décès excessifs sont des estimations qui incluent les décès dus à Covid-19 et à d'autres causes. Les décès signalés par Covid-19 reflètent les décès officiels de coronavirus pendant la période où les données de mortalité sont disponibles. En Angleterre et au Pays de Galles, les décès de Covid-19 reflètent les chiffres de décès révisés de l'Office of National Statistics. Les décès signalés à Istanbul incluent ceux de toute la Turquie, car les données au niveau de la ville n'ont pas été rendues publiques.

Ces chiffres sapent l'idée que de nombreuses personnes décédées du virus pourraient bientôt mourir de toute façon. À Paris, plus du double du nombre habituel de personnes décède chaque jour, bien plus que le pic d'une mauvaise saison de la grippe. À New York, le nombre est désormais quatre fois le montant normal.

Bien sûr, les données sur la mortalité au milieu d'une pandémie ne sont pas parfaites. Les disparités entre le nombre officiel de décès et l'augmentation totale des décès reflètent très probablement un dépistage limité du virus, plutôt qu'un sous-dénombrement intentionnel. Officiellement, environ 165 000 personnes sont mortes dans le monde du coronavirus mardi.

Mais le nombre total de décès offre un portrait plus complet de la pandémie, disent les experts, en particulier parce que la plupart des pays ne signalent que les décès de Covid-19 qui se produisent dans les hôpitaux.

"Quel que soit le nombre de personnes déclarées un jour donné, cela sera une sous-estimation flagrante", a déclaré Tim Riffe, démographe à l'Institut Max Planck de recherche démographique en Allemagne. «Dans de nombreux endroits, la pandémie dure depuis assez longtemps pour que les enregistrements des décès tardifs aient suffisamment de temps pour arriver, ce qui nous donne une image plus précise de ce qu'était réellement la mortalité.»

Les différences sont particulièrement marquées dans les pays qui ont mis du temps à reconnaître l’ampleur du problème. Istanbul, par exemple, a enregistré environ 2100 décès de plus que prévu du 9 mars au 12 avril, soit environ le double du nombre de décès dus à des coronavirus signalés par le gouvernement pour l'ensemble du pays au cours de cette période.

Décès à Istanbul

2100+ décès supplémentaires entre le 9 mars et le 12 avril

  

  Source: Municipalité métropolitaine d'Istanbul. | Remarque: Les données pour les premières semaines sont exclues, car elles peuvent représenter des semaines partielles.

L'augmentation des décès à la mi-mars suggère que de nombreuses personnes décédées avaient été infectées en février, des semaines avant que la Turquie ne reconnaisse officiellement son premier cas.

En mars, le gouvernement indonésien a attribué 84 décès au coronavirus de Jakarta. Mais plus de 1 000 personnes de plus que la normale ont été enterrées dans les cimetières de Jakarta ce mois-ci, selon les données du département des parcs et cimetières de la ville. (Les données ont été publiées pour la première fois par Reuters).

Nombre d'inhumations signalées à Jakarta, Indonésie

1 000 enterrements excédentaires signalés en mars

  

2010-2019
moyenne mensuelle

2010-2019
moyenne mensuelle

2010-2019
moyenne mensuelle

  Source: Département des parcs et cimetières de Jakarta.

Nous avons estimé la surmortalité pour chaque pays en comparant le nombre de personnes décédées de toutes causes cette année avec la moyenne historique au cours de la même période. The Economist suit également les décès excessifs de cette manière.

Dans de nombreux pays européens, des données récentes montrent que 20 à 30% de personnes en plus meurent que la normale. Cela se traduit par des dizaines de milliers de décès supplémentaires.

  

Plus de 19 700 décès supplémentaires du 9 mars au 5 avril

Plus de 16 700 décès excédentaires du 7 mars au 10 avril

Plus de 13100 décès supplémentaires du 9 mars au 5 avril

Plus de 19 700 décès supplémentaires du 9 mars au 5 avril

Plus de 16 700 décès excédentaires du 7 mars au 10 avril

Plus de 13100 décès supplémentaires du 9 mars au 5 avril

Plus de 19 700 décès supplémentaires du 9 mars au 5 avril

Plus de 16 700 décès excédentaires du 7 mars au 10 avril

Plus de 13100 décès supplémentaires du 9 mars au 5 avril

Plus de 19 700 décès supplémentaires du 9 mars au 5 avril

Plus de 16 700 décès excédentaires du 7 mars au 10 avril

Plus de 13100 décès supplémentaires du 9 mars au 5 avril

  Remarques: Les données des semaines 1, 52 et 53 sont exclues, car elles peuvent représenter des semaines partielles.

Dans certains pays, les autorités tentent de clarifier le nombre de décès en excès à attribuer à Covid-19, soit en incluant les décès hors des hôpitaux dans leurs totaux quotidiens, soit en ajustant rétroactivement le nombre de décès une fois les certificats de décès traités.

En France, les autorités ont commencé à inclure les décès de Covid-19 à l'extérieur des hôpitaux début avril. Et le Bureau britannique des statistiques nationales a commencé à publier des données sur la mortalité qui reflètent le moment où Covid-19 est mentionné sur un certificat de décès, fournissant un compte rendu de la pandémie plus précis - quoique différé - que les chiffres publiés chaque jour par Public Health England.

Des écarts par rapport aux schémas normaux de décès ont été confirmés dans de nombreux pays européens, selon les données publiées par l'European Mortality Monitoring Project, un groupe de recherche qui recueille des données hebdomadaires de mortalité dans 24 pays européens.

  

Plus de 4000 décès supplémentaires du 9 mars au 5 avril

2300+ décès excédentaires du 9 mars au 5 avril

Plus de 1100 décès excédentaires du 9 mars au 12 avril

Plus de 1 000 décès en excès du 9 mars au 5 avril

Plus de 4000 décès supplémentaires du 9 mars au 5 avril

Plus de 1100 décès excédentaires du 9 mars au 12 avril

2300+ décès excédentaires du 9 mars au 5 avril

Plus de 1 000 décès en excès du 9 mars au 5 avril

Plus de 4000 décès supplémentaires du 9 mars au 5 avril

Plus de 1100 décès excédentaires du 9 mars au 12 avril

2300+ décès excédentaires du 9 mars au 5 avril

Plus de 1 000 décès en excès du 9 mars au 5 avril

Plus de 4000 décès supplémentaires du 9 mars au 5 avril

Plus de 1100 décès excédentaires du 9 mars au 12 avril

2300+ décès excédentaires du 9 mars au 5 avril

Plus de 1 000 décès en excès du 9 mars au 5 avril

  Remarques: Les données des semaines 1, 52 et 53 sont exclues car incomplètes certaines années.

Il est inhabituel que les données sur la mortalité soient publiées si rapidement, disent les démographes, mais de nombreux pays s'efforcent de fournir des informations plus complètes et en temps opportun en raison de l'urgence de la flambée de coronavirus. Les données sont limitées et, le cas échéant, les décès excessifs sont sous-estimés car tous les décès n'ont pas été signalés.

«À ce stade, c'est un instantané partiel», a déclaré Patrick Gerland, démographe aux Nations Unies. "C'est une vision du problème qui reflète ce côté le plus aigu de la situation, principalement par le biais du système hospitalier."

Cela est susceptible de changer.

"Au cours des prochains mois", a déclaré M. Gerland, "une image beaucoup plus claire sera possible."

Les ventilations par âge dans les données de mortalité pourraient fournir une image encore plus claire du rôle de Covid-19 dans les décès excessifs. En Suède, par exemple, un taux de mortalité élevé chez les hommes de 80 ans et plus explique la plus forte augmentation des décès, ce qui suggère que les chiffres globaux sous-estiment la gravité de l'épidémie pour les personnes âgées en particulier.

Même en tenant compte des nouveaux chiffres, les experts affirment que le nombre de morts à ce jour aurait pu être bien pire.

"L'augmentation actuelle de la mortalité toutes causes se déroule dans des conditions de mesures extraordinaires, telles que l'éloignement social, les fermetures, les frontières fermées et l'augmentation des soins médicaux, au moins certains qui ont des impacts positifs", a déclaré Vladimir Shkolnikov, démographe à l'Institut Max Planck. pour la recherche démographique. «Il est probable que sans ces mesures, le nombre actuel de morts serait encore plus élevé.»