Lundi 30 Novembre 2020

L'administration Trump fait face à une menace croissante de coronavirus en


Il n'y a pas de directives claires pour signaler les divulgations de coronavirus dans l'ensemble du gouvernement fédéral, laissant à chaque agence individuelle le soin de déterminer comment partager les informations sur les cas connus - qui apprend, à quelle heure ils doivent être informés et à quelle fréquence ils ont besoin de mises à jour.
Le spectre va du sous-partage sévère aux rapports quotidiens. Un porte-parole de la Commission pour l'égalité des chances en matière d'emploi a déclaré à POLITICO que l'agence fournit chaque jour des mises à jour au personnel, notamment lorsque la direction a été alertée d'un employé qui présentait des symptômes du coronavirus à son siège.
"Le personnel a été alerté ce week-end par e-mail, par le système d'alerte de l'agence et par une publication sur le site Internet de l'EEOC", a déclaré Kimberly Smith-Brown, porte-parole de l'EEOC.
Voice of America a signalé son premier cas aux employés jeudi environ une heure après que l'agence elle-même a été informée, suite à son engagement à "vous fournir des informations dès que possible". La directrice de VOA, Amanda Bennett, s'est engagée à "vous tenir informé si de nouveaux cas sont diagnostiqués dans les semaines à venir".
Alors que l'anxiété monte au sein de leur personnel, les agences ont été encouragées à "maximiser" le télétravail ces derniers jours, conformément aux récentes directives du Bureau de la gestion du personnel. Cette orientation, cependant, est une recommandation - pas une règle. Il encourage les employés à se référer à leurs agences spécifiques «pour des communications et des conseils sur le télétravail ou le statut de congé».
Mais certaines agences sont allées plus loin.
Le ministère des Transports, après avoir confirmé son premier cas jeudi matin, a déclaré aux employés par e-mail que "à compter de maintenant et jusqu'à nouvel ordre, nous imposons à tous les employés de ne pas se présenter au travail au siège du DOT, sauf avis contraire de votre gestionnaire".
De même,le département du Commerce a exigé que tous les employés du bâtiment Herbert C. Hoover commencent le télétravail jusqu'à lundi après avoir informé les employés de son premier cas mercredi soir. Et le ministère de l'Agriculture a déclaré aux employés qui travaillaient à proximité d'un employé dont le test était positif dimanche qu'ils devraient commencer immédiatement le télétravail.
Mercredi, le secrétaire à l'Énergie, Dan Brouillette, a envoyé un courriel au personnel au sujet d'un employé du DOE à son siège social de Forrestal qui avait reçu un diagnostic de coronavirus.
Le département de l’éducation n’a enregistré aucun cas, mais un porte-parole a déclaré que le département «enverrait une note aux employés de la zone touchée» si l’on diagnostiquait le virus.
Le ministère de la Santé et des Services sociaux a demandé à toutes ses divisions des opérations et du personnel de la région de la capitale nationale de «tirer parti des flexibilités maximales en matière de télétravail», a déclaré jeudi un porte-parole. Deux agences HHS, les Centers for Disease Control and Prevention et les National Institutes of Health, ont confirmé leur premier cas cette semaine.
La Food and Drug Administration a "quelques" cas confirmés, selon la porte-parole de la FDA, Stephanie Caccomo, qui a déclaré qu'elle n'était pas en mesure de partager un nombre plus précis.
Vendredi soir, le bureau du vice-président Mike Pence a annoncé qu'un membre du personnel avait été testé positif, bien qu'une porte-parole ait déclaré que ni Pence ni le président Donald Trump n'avaient eu de contact étroit avec la personne. Pence n'a pas été testé pour le virus et son bureau a déclaré qu'il n'était pas prévu de le faire pour le moment.
Citant le nombre croissant de rapports d'employés fédéraux qui ont continué à travailler et à contracter le virus, le sénateur Chris Van Hollen du Maryland a appelé Trump à en faire plus.
"Il s'agit d'une situation urgente", a déclaré Van Hollen dans un clip publié sur Twitter jeudi. "Monsieur. Monsieur le Président, vous devez émettre un décret à toutes les agences pour maximiser le télétravail, et faites-le maintenant. "
Les responsables de l'administration s'opposent à ce que les directives, plutôt que les décrets, soient l'approche la plus agile face à l'évolution de la menace du virus et que les chefs d'agence devraient en fin de compte déterminer ce qui est le mieux pour eux et leurs employés.
La rédaction d'un décret est un processus long qui peut ne pas être en mesure de suivre le rythme de l'épidémie, notent-ils, et renvoyer tous les employés du gouvernement à la maison pourrait nuire aux Américains: les pénuries alimentaires en raison du manque d'inspections, par exemple, et pas de contrôleurs aériens pour diriger les avions.
"En agissant tôt et de manière décisive, le président Trump a veillé à ce que le gouvernement reste ouvert et que des services essentiels soient fournis au public américain, y compris nos plus vulnérables", a déclaré un porte-parole du Bureau de la gestion et du budget dans un communiqué. "Ce n'est pas le moment de se laisser distraire par ceux qui utilisent les tactiques du statu quo de Washington pour se distraire des mesures urgentes que tous les Américains prennent pour répondre à cette urgence."
La Maison Blanche a publié cette semaine des lignes directrices recommandant aux Américains d'éviter les rassemblements sociaux de plus de 10 personnes et de travailler autant que possible à domicile. Pour ralentir la propagation du virus, il a également encouragé les Américains malades, les personnes âgées et les personnes sous-jacentes à rester à la maison.
À l'intérieur de la Maison Blanche elle-même, les membres du personnel ont commencé à vérifier la température de toute personne susceptible d'entrer en contact étroit avec Trump et le vice-président Mike Pence, y compris les journalistes et toute personne entrant et sortant du bureau ovale. Ils ont également réduit le nombre de journalistes assis dans les rangées de chaises de la salle de briefing, nécessitant un siège ouvert entre chaque journaliste.
Le chef de cabinet sortant Mick Mulvaney et le nouveau chef de cabinet Mark Meadows sont tous deux en quarantaine, et la secrétaire de presse Stephanie Grisham travaille à domicile. Trump a été testé négatif pour le virus, tout comme sa fille Ivanka, et Pence a déclaré aux journalistes qu'il n'avait pas été testé.
Certaines agences, comme le Département d'État, le Département de la défense et le Département de la sécurité intérieure, ont des considérations uniques qui rendent l'atténuation de la propagation du virus particulièrement difficile.
L'État compte plus de 75 000 employés, avec plus de 9 000 agents du service extérieur et de la fonction publique dispersés à l'étranger. Le DHS emploie plus de 240 000 travailleurs, dont beaucoup interagissent quotidiennement avec des personnes pour le travail, comme des employés des douanes et de la protection des frontières et de la Transportation Security Administration. Et le ministère de la Défense compte environ 26 000 employés à l'intérieur de son siège social du Pentagone en Virginie, mais emploie près de 3 millions de militaires et de civils dans le monde, avec une présence dans plus de 160 pays et près de 5 000 sites de défense.
Il existe une frustration croissante au sein du Département d'État au sujet des communications internes limitées sur l'impact du virus sur ses effectifs. Les employés du département sont dispersés à travers le monde, y compris dans de nombreux pays avec une mauvaise infrastructure sanitaire. Mais même les diplomates américains et d'autres membres du personnel basés à Washington s'inquiètent de leur exposition.
Le secrétaire d'État Mike Pompeo a déclaré mardi aux journalistes que seule une "poignée" d'employés se sont révélés positifs. "Vous pouvez les compter d'une part", a déclaré Pompeo.
Un responsable du Département d'État connaissant bien le problème a cependant déclaré qu'il y avait environ 50 cas suspects de coronavirus de personnes affiliées au Département d'État dans le monde, dont environ deux douzaines aux États-Unis.Plusieurs cas ont été confirmés positifs, a déclaré le responsable.
Au moins un employé du Département d'État travaillant à Washington s'est également révélé positif, selon un avis du Bureau des affaires consulaires obtenu par POLITICO. Dans l'ensemble, les informations disponibles sur les cas du Département d'État proviennent de messages disparates impliquant diverses ambassades, bureaux et autres divisions sans mises à jour centralisées et régulières sur le département dans son ensemble.Le département a suspendu les services de visa de routine dans la plupart des pays en raison de l'épidémie, a déclaré un porte-parole du Département d'État, une mesure qui limite l'exposition des diplomates aux transporteurs potentiels.
Mais il n'y a pas d'indications uniformes entre les ambassades sur le moment, par exemple, où les membres du personnel devraient annuler les réunions ou quelles autres mesures de distanciation sociale ils devraient prendre, a déclaré un membre du personnel du Département d'État surveillant la situation, ajoutant à la confusion dans les rangs.
Jeudi, l'Agence américaine pour le développement international a confirmé son premier cas connu d'un employé contractant le virus. L'employé est affilié à une mission de l'USAID en Afrique subsaharienne, selon l'administrateur de l'agence Mark Green.
Dans un e-mail aux employés de l'USAID, Green, qui quitte bientôt son poste, a promis que l'agence "continuerait à vous fournir des mises à jour en temps opportun qui incluent toutes les informations disponibles et les conseils pertinents."
Près de 500 employés du DHS ont été mis en quarantaine mercredi et au moins 13 ont été confirmés comme ayant un coronavirus ou présumés positifs, selon la documentation examinée par POLITICO. Un porte-parole du DHS, cependant, ne commenterait pas la documentation au dossier.
Au Pentagone, les fonctionnaires comptent sur les bureaux individuels pour s'auto-évaluer, ainsi que leurs collègues, pour tout signe de virus. Le secrétaire à la Défense, Mark Esper, a déclaré vendredi matin que 67 militaires avaient été testés positifs, bien que le Pentagone ait signalé plus tard ses deux premiers cas à l'intérieur du bâtiment, selon l'Air Force. Le DOD a publié des directives encourageant les employés à rester à la maison si eux ou une personne avec laquelle ils travaillent présentent des symptômes.
«Cela commence vraiment avec l'individu, et je pense qu'il ne s'agit pas de politique à ce stade», a déclaré Brig. Le général Paul Friedrichs, le chirurgien interarmées, qui a personnellement renvoyé deux membres du personnel qui étaient peut-être malades. «Il s’agit d’un engagement commun à minimiser l’impact de cette épidémie, et chacun de nous a individuellement sa responsabilité.»
Nahal Toosi, Lara Seligman, Myah Ward, Daniel Lippman, Sarah Owermohle, Betsy Woodruff Swan, Rebecca Rainey, Liz Crampton, Nicole Gaudiano, Eric Wolff, Brianna Gurciullo, Tanya Snyder et Meridith McGraw ont contribué à ce rapport.