Vendredi 30 Octobre 2020

L'Allemagne va commencer à assouplir la fermeture du coronavirus : Merkel


La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé les premières étapes de la suppression des blocages des coronavirus dans les semaines à venir, soulignant toutefois que ces mesures n'avaient obtenu qu'un "succès partiel et fragile" contre la pandémie.
Les magasins jusqu'à 800 mètres carrés (8600 pieds carrés) seront autorisés à rouvrir une fois qu'ils auront "des plans pour maintenir l'hygiène", a déclaré mercredi Merkel après des entretiens avec les dirigeants des 16 États fédéraux allemands.
Plus:
La chancelière a déclaré que le gouvernement avait recommandé aux citoyens de porter des masques protecteurs lors de leurs achats et dans les transports publics.
Des règles de distance physique pour contenir la propagation du coronavirus resteraient en place jusqu'au 3 mai au moins, tandis que les écoles à travers le pays seraient autorisées à ouvrir progressivement, à partir du 4 mai, avec une priorité donnée aux élèves sur le point de passer les examens.
Pendant ce temps, l'interdiction des grands événements publics sera maintenue jusqu'au 31 août pour empêcher d'éventuelles transmissions massives du virus, qui provoque une maladie respiratoire hautement infectieuse appelée COVID-19.
Merkel a déclaré que les Allemands devaient encore faire preuve d'une "extrême prudence" et leur a demandé de respecter les mesures anti-coronavirus imposées par le gouvernement.
L'Allemagne compte à ce jour 132 718 cas confirmés de coronavirus, dont 3 592 décès, selon les données compilées par l'Université Johns Hopkins.

Récession

Mercredi également, le ministère allemand de l'économie a déclaré que la récession qui avait commencé dans le pays en mars devait durer jusqu'au milieu de l'année.
"La baisse de la demande mondiale, l'interruption des chaînes d'approvisionnement, les changements de comportement des consommateurs et l'incertitude parmi les investisseurs" se sont tous fait sentir, a déclaré la plus grande économie du ministère de l'Europe.

L'Allemagne va commencer à assouplir la fermeture du coronavirus : Merkel

Le coup économique du virus est tombé au moment même où l'Allemagne commençait à se redresser à partir de 2019, une année marquée par les effets des guerres commerciales et les craintes quant à l'effet du départ du Royaume-Uni de l'Union européenne.
L'industrie, en particulier, a connu une augmentation des nouvelles commandes et de l'activité au début de 2020, a déclaré le ministère.
Mais "étant donné le choc massif de l'offre et de la demande à l'intérieur et à l'extérieur de la pandémie de coronavirus, les développements économiques ont inversé le cours" pour les fabricants, a-t-il ajouté.
Irritant contre les règles de distanciation physique, certains Allemands ont souligné l'Autriche voisine, où le chancelier Sebastian Kurz a permis à de nombreuses petites entreprises de rouvrir à partir de mardi - mais avec des conditions telles que le port de masques et le maintien d'une distance de sécurité par rapport aux autres.
"Même si les premières mesures de protection peuvent être assouplies quelque peu (après avril), la croissance restera très modérée et ne se relancera que peu à peu", selon les prévisions du ministère de l'Economie.
Pour amortir une partie du coup, Berlin a adopté un plan de sauvetage d'un montant total de 1,1 billion d'euros (1,2 billion de dollars), allant des garanties de prêts bancaires aux entreprises à un fonds d'État qui pourrait racheter des participations dans des entreprises sinistrées si nécessaire.
Le gouvernement fédéral a également facilité l'accès à un régime qui augmente le salaire des travailleurs si leur employeur réduit les heures.
L'agence fédérale du travail de la BA a indiqué qu'environ 725 000 entreprises avaient demandé l'aide, ajoutant que le nombre de travailleurs touchés sera probablement "considérablement" supérieur aux 1,4 million aidés lors de la crise financière de 2008-2009.
Berlin estime qu'environ 2,1 millions de travailleurs devront recourir à l'aide.

Zone euro

Pendant ce temps, les yeux se tournent vers une vidéoconférence des chefs de gouvernement de l'UE le 23 avril pour jeter les bases d'une reprise dans l'ensemble du bloc.
La semaine dernière, les ministres des finances de la zone monétaire unique de la zone euro ont convenu d'un soutien immédiat de 500 milliards d'euros (458 milliards de dollars), mais les économistes et les politiciens préviennent que davantage sera nécessaire, en particulier pour les pays du sud les plus durement touchés comme l'Espagne et l'Italie.
Prédisant une contraction pouvant atteindre 5,4% pour l'Allemagne cette année, certains parmi le conseil des conseillers économiques de Berlin (SVR) ont averti en mars des conséquences si un programme de relance européen échouait.
"Ce n'est pas très bien si un pays, si tout va bien l'Allemagne, traverse la crise relativement bien, mais autour de nous, la crise n'est pas encore terminée, alors nous ne pourrons pas augmenter la production", a déclaré Achim Trueger, membre du SVR à l'époque. .