Vendredi 27 Novembre 2020

Coronavirus : le Japon réduit les monuments commémoratifs de triple catastrophe


L'épidémie de coronavirus a contraint le Japon à réduire les événements marquant neuf ans depuis qu'un puissant tremblement de terre et un tsunami ont tué plus de 18 000 personnes le long de sa côte nord-est.
Un service public annuel à Tokyo pour se souvenir des victimes de la catastrophe de mars 2011 faisait partie d'un nombre croissant d'événements annulés, un jour après que le Premier ministre, Shinzo Abe, a déclaré que les grands rassemblements sportifs, culturels et autres devaient être reportés de 10 jours. dans une tentative de contenir la propagation. Le principal service commémoratif, au Théâtre national de la capitale, est généralement fréquenté par des membres de la famille impériale, des politiciens et les proches des personnes décédées.
L'anniversaire du tremblement de terre, du tsunami et de la fusion nucléaire à Fukushima est survenu alors que le Japon a signalé 59 nouveaux cas de Covid-19, sa plus forte augmentation sur une journée depuis le début de l'épidémie, a déclaré le diffuseur public NHK.
Le nombre total d'infections au Japon est passé à 1278, dont 696 passagers et membres d'équipage du bateau de croisière Diamond Princess - qui a été mis en quarantaine dans le port de Yokohama le mois dernier - et 14 personnes rapatriées de Chine au début de l'épidémie.

 
 

Coronavirus : le Japon réduit les monuments commémoratifs de triple catastrophe

 La police recherche les restes des personnes disparues du tremblement de terre-tsunami de 2011 à Sendai, préfecture de Miyagi, à la veille du neuvième anniversaire de la catastrophe. Photographie: Jiji / AFP via Getty Images
Mercredi, le nombre de morts au Japon était de 19 décès dus au virus, dont sept depuis le bateau de croisière.
"Nous avons atteint un moment extrêmement important dans la prévention de toute propagation rapide des infections domestiques", a déclaré Abe à un groupe de travail gouvernemental mercredi, a rapporté l'agence de presse Kyodo. "Pendant environ 10 jours jusqu'à ce qu'un groupe d'experts fasse une nouvelle évaluation, je voudrais demander la coopération des gens."
Le Japon a fermé des écoles, des zoos, des musées et des parcs à thème, et a considérablement réduit les événements publics depuis l'épidémie. Le sport professionnel a été frappé par des retards dans le début des saisons de baseball, de football et de rugby, et un tournoi de sumo majeur qui s'est ouvert à Osaka le week-end se déroule sans spectateurs pour la première fois de la longue histoire du sport.
L'épidémie de coronavirus a forcé les communautés les plus durement touchées par le tsunami à annuler ou à reporter les services commémoratifs, certains installant des autels pour que les gens déposent des fleurs.

Abe, qui a annoncé l'annulation la semaine dernière, a déclaré qu'il déposerait une gerbe de fleurs et observerait le moment de silence à 14 h 46, heure à laquelle le tremblement de terre a frappé la côte nord-est, et livrerait une adresse depuis sa résidence officielle.
L'épidémie de coronavirus devrait certainement affecter le début de l'étape japonaise du relais de la flamme olympique plus tard ce mois-ci, avec une inquiétude croissante que les Jeux de Tokyo, qui s'ouvriront le 24 juillet, pourraient devoir être annulés ou reportés.
Les organisateurs olympiques envisageraient de réduire la section intérieure du relais de la flamme, qui devrait commencer le 26 mars à J-Village, un complexe sportif situé à 20 km au sud de la centrale nucléaire en ruine de Fukushima Daiichi.
Le gouvernement japonais espère que le passage de la torche dans les zones de Fukushima démontrera que la région se remet de la catastrophe nucléaire. Cependant, bon nombre des 160 000 résidents évacués ne sont pas encore rentrés chez eux, alors que les travaux de déclassement de la centrale nucléaire ont à peine commencé.
Il y a des signes de progrès dans la zone sinistrée, où la grande majorité des victimes ont été tuées par le tsunami. Kyodo a indiqué que plus de 90% des logements sociaux dans les trois préfectures les plus durement touchées d'Iwate, Miyagi et Fukushima sont terminés, ajoutant qu'une ligne de chemin de fer fermée depuis la catastrophe devait rouvrir complètement ce week-end.
Environ 48 000 personnes, principalement de Fukushima, n'ont pas encore regagné leur ville natale parmi 470 000 personnes initialement déplacées par la catastrophe.