Lundi 19 Octobre 2020

Coronavirus de la Nouvelle-Orléans : City fait face à un cauchemar et le Mardi Gras pourrait être la raison


«Un de mes membres, sœur Monica, est sous ventilateur», a déclaré Tyrone Jefferson, 46 ans, pasteur d'une église dans le quartier St Roch de la ville «Un autre s'est précipité à l'hôpital hier

Deux sont à la maison avec ça »Les médecins et les infirmières des hôpitaux de la ville, comme les employés des hôpitaux dans tout le pays, décrivent une grave pénurie d'équipements de protection essentiels La marine cajun, l'une des brigades informelles de volontaires de la Louisiane, réputée pour avoir sauvé des personnes des eaux de crue, et l'armée cajun ont livré plusieurs caisses de masques et des gallons de désinfectant pour les mains aux travailleurs médicaux, mais le déluge de patients continue de venir

Coronavirus de la Nouvelle-Orléans : City fait face à un cauchemar et le Mardi Gras pourrait être la raison

Edwards, un démocrate modéré dans son deuxième mandat, a toujours été prudent de critiquer l'administration Trump pour des raisons politiques et pratiques: après un ouragan, il est peu utile de choisir un combat avec un gouvernement fédéral qui détient la clé des secours en cas de catastrophe Mardi, cependant, M Edwards a déclaré qu'il souhaiterait que l'administration Trump s'implique davantage dans la réponse aux coronavirus d'une manière qui privilégie les zones les plus touchées

ont besoin, contrairement à la situation actuelle, où chaque État, chaque fournisseur de soins de santé travaille de son mieux mais indépendamment les uns des autres »Alors que la maladie se propage et rend malade ceux qui la combattent, une pénurie potentielle de personnel médical, en particulier d'infirmières et les thérapeutes respiratoires, est pour beaucoup la plus grande inquiétude Pour l'instant, de nombreux travailleurs de la santé exposés - une description qui représente plus de la moitié des techniciens médicaux d'urgence de la ville - portent des masques et vérifient leur température mais, tant qu'ils ne présentent pas de symptômes, ils restent au travail