Jeudi 29 Octobre 2020

Un coronavirus fait des ravages dans quatre hôpitaux psychiatriques du New Jersey


Le coronavirus a dévasté les quatre hôpitaux psychiatriques du New Jersey - avec 240 cas et cinq décès, selon des données publiées par des responsables de l'État ce week-end.
Le virus s'est propagé comme une traînée de poudre à l'hôpital psychiatrique de Trenton - un établissement de 400 chambres avec 93 employés et 27 patients qui ont été testés positifs pour le virus. Un patient est décédé.
Il y a toujours 153 cas en suspens dans l'établissement, a rapporté nj.com.
Dans le plus grand hôpital psychiatrique de Garden State, l’hôpital psychiatrique Ancora dans le comté de Camden, 17 employés et 10 patients ont été testés positifs pour le coronavirus, ont déclaré des responsables. L'établissement comptait 289 patients.
À l’hôpital psychiatrique de Greystone Park de Parsippany, dans le comté de Morris - qui a accueilli un total de 339 patients vendredi - 44 employés et 33 patients ont été testés positifs pour COVID-19. Parmi eux, quatre patients sont décédés, a rapporté le Trentonien.
Au Centre médico-légal Ann Klein de Trenton, 10 patients et six travailleurs étaient COVID-19 positifs.
Des employés anonymes de Trent Pych ont lancé une pétition sur change.org exigeant que le PDG autorise les employés non essentiels à travailler à distance après avoir accusé l'administration de ne pas contenir la propagation du virus.
«Il devrait y avoir un audit sur ce qui n'a pas fonctionné chez TPH: était-ce le pouvoir et le contrôle; réactivité lente; manque d'EPI; manque de transparence pour les employés / patients; ne pas suivre correctement les directives du CDC; et / ou le manque de compétences en gestion des interventions d'urgence », explique la pétition.
Des lettres envoyées à NJ Media ont révélé que les employés d'Ancora n'étaient pas équipés d'EPI et étaient découragés de porter des masques "car cela ferait peur aux patients", a rapporté nj.com. Les employés de Greystone Park ont ​​également déclaré que le manque d'EPI les rendait «craintifs pour leur vie», a rapporté nj.com.
Dimanche, plus de 60 000 personnes ont été testées positives pour le coronavirus dans le New Jersey et 2 350 personnes sont mortes.