Vendredi 27 Novembre 2020

Un deuxième détenu CT meurt avec un coronavirus, un procès visant à protéger les prisonniers licenciés


  • Le détenu, un homme de 57 ans, purgeait une peine de 22 ans pour vol au premier degré et avait été incarcéré en 2002, a indiqué le DOC dans un communiqué qui n'a pas identifié l'individu.
                                Le détenu, un homme de 57 ans, purgeait une peine de 22 ans pour vol au premier degré et avait été incarcéré en 2002, a indiqué le DOC dans un communiqué qui n'a pas identifié l'individu.
                                                                                                                                                                
        

                
                                                                                                                                Photo: Christian Abraham / Hearst Connecticut Media

    Un deuxième détenu CT meurt avec un coronavirus, un procès visant à protéger les prisonniers licenciés

  • Photo: Christian Abraham / Hearst Connecticut Media
                                                        
                                        
        

                            

                
                    
                    
                                                
                                                                                                                                                                                                                                                        Le détenu, un homme de 57 ans, purgeait une peine de 22 ans pour vol au premier degré et avait été incarcéré en 2002, a indiqué le DOC dans un communiqué qui n'a pas identifié l'individu.
                                Le détenu, un homme de 57 ans, purgeait une peine de 22 ans pour vol au premier degré et avait été incarcéré en 2002, a indiqué le DOC dans un communiqué qui n'a pas identifié l'individu.
                                                                                                                                                                
        

                                                                                                                                Photo: Christian Abraham / Hearst Connecticut Media
                                                        
                                        
        

                                        
                
                

        
            
                
                    
                    Un deuxième détenu CT meurt avec un coronavirus, un procès visant à protéger les prisonniers licenciés
                    
                    
                    
                
            
        

                                        
                                    
                Moins de 24 heures après qu'un juge d'État eut rejeté une action en justice demandant la libération de prisonniers susceptibles de devenir gravement malades s'ils contractaient le virus, le Connecticut Department of Correction a annoncé qu'un détenu souffrant de problèmes de santé sous-jacents était décédé des complications dues au COVID-19.

        
                L'homme de 57 ans purgeait une peine de 22 ans pour vol au premier degré et était incarcéré depuis 2002, selon une déclaration du DOC qui n'a pas identifié l'individu. Il devait être libéré en 2022, selon le communiqué.

        
                                    

                
                Le 15 avril, après avoir montré des symptômes de COVID-19, les autorités ont commencé à transférer l'homme dans une unité de quarantaine, mais ils l'ont emmené à l'hôpital Johnson Memorial lorsque son état s'est aggravé pendant le déménagement, a indiqué le DOC.

        
                                                
                        
                «Les statistiques à l'échelle de l'État qui parlent du nombre de personnes qui ont perdu la vie en combattant ce virus mortel sont un nombre difficile à traiter car la réalité est, c'est bien plus qu'un nombre - ce sont des êtres humains avec des familles qui les aiment. Je présente mes sincères condoléances à cette famille », a déclaré le commissaire du DOC, Rollin Cook.

        
                                    
                        
                
                                    

                
                L'homme était parmi 98 nouveaux décès liés au coronavirus, portant le nombre total de décès dus au virus à l'échelle de l'État à 1 862, selon les données de l'État publiées samedi.

        
                                    
                        
                
                Alors que les décès ont augmenté, le nombre d'hospitalisations actuelles associées au virus a continué de baisser, avec 1 810 patients dans tout l'État, en baisse de 67 par rapport à vendredi. Il y avait 661 autres résidents du Connecticut qui ont été testés positifs, ce qui porte le total de l'état à 24 582 cas confirmés.

        
                                    
                        
                
                Le détenu de 57 ans non identifié est le deuxième détenu du Connecticut à avoir un lien entre sa mort et le virus. Un autre détenu, également atteint de problèmes de santé sous-jacents, est décédé au début du mois.

        
                La nouvelle fait suite à l’annulation d’une poursuite judiciaire qui a demandé au tribunal d’ordonner aux gouverneurs Ned Lamont et Cook de prendre des mesures d’urgence pour protéger la population carcérale du Connecticut du coronavirus.

        
                «Plus le gouverneur Lamont ignore les experts médicaux, les familles, les travailleurs et plus en refusant d'émettre un plan de compassion pour libérer les personnes en toute sécurité, plus les personnes incarcérées restent en danger», a déclaré l'American Civil Liberties Union of Connecticut, qui a déposé la plainte, tweeté après l'annonce par le DOC de la mort de samedi.

        
                                    

                
                Un juge a rejeté le procès vendredi soir, a indiqué l'ACLU du Connecticut, notant qu'il poursuivait également un recours collectif fédéral avec des objectifs similaires.

        
                Le Département de la correction n'a pas pu commenter le licenciement samedi "sur la base d'un litige actif devant la Cour fédérale", a écrit la porte-parole Karen Martucci dans un courriel.

        
                Un communiqué de l'ACLU du Connecticut au début du mois a décrit le procès de l'État.

        
                En plus de libérer des détenus vulnérables, le procès de l'État a demandé la libération de personnes «détenues avant le procès pour des charges moindres ou de faibles montants de caution, détenues uniquement pour violation technique de la probation ou de la libération conditionnelle, éligibles à l'emprisonnement à domicile ou à la libération surveillée, ou dans les six mois de la fin de leur peine »et de présenter un plan de protection des personnes incarcérées.

        
                La juge Barbara Bellis, qui a rejeté le procès, a refusé de commenter samedi, selon Melissa Farley, directrice des affaires extérieures de la branche judiciaire du Connecticut.

        
                L'ACLU du Connecticut a condamné la décision, le directeur exécutif David McGuire la qualifiant de «cruelle» dans un communiqué disponible en ligne.

        
                "Nos pensées vont aux proches des personnes incarcérées, que l'État continue de mettre en danger COVID-19. Nous ne cesserons pas de nous battre, et nous utilisons tous les outils à notre disposition pour obliger le gouverneur Lamont et le commissaire Cook à remplir leur obligation constitutionnelle et morale de protéger les personnes incarcérées de COVID-19 ", a déclaré Dan Barrett, directeur juridique de l'organisation et avocat sur l'affaire, dans le communiqué.

        
                Le bureau de Lamont a refusé de commenter le procès.

        
                L'État a également annoncé samedi une nouvelle initiative visant à aider les petites entreprises essentielles de moins de 50 employés ayant besoin de couvre-visage gratuits. Les petites entreprises éligibles peuvent demander des couvre-visages en ligne.

        
                
                      meghan.friedmann@hearstmediact.com