Mercredi 2 Decembre 2020

EMT locale, sa femme raconte l'histoire d'un coronavirus survivant tout en accueillant un nouveau bébé


Une EMT locale et sa femme sont toutes deux des survivantes du coronavirus.Leur histoire de rétablissement est remarquable en soi, mais ajoutez-y qu'elle était enceinte de 9 mois, et l'histoire prend une toute nouvelle tournure.Hector Rios et sa femme Madys ne sont pas juste des survivants, ce sont des combattants. Il est EMT depuis 26 ans. "J'aime aider les gens, je voulais être en première ligne", dit Hector. C'est sur la première ligne, en collaboration avec Pocono Regional Ambulance, qu'il a ramassé un COVID-19 positif patient, et, malgré des précautions, il a commencé à montrer des symptômes quelques jours plus tard. "La douleur corporelle", se souvient-il d'un de ses symptômes, "de mes genoux jusqu'en haut de mon dos, une douleur que je n'avais jamais ressentie auparavant." Madys travaille également dans les soins de santé. Elle était enceinte de 9 mois et faisait également très attention. Mais ils ont reconnu les symptômes d'Hector, et ils ont su appeler une ambulance. "Et ils sont venus entièrement préparés, avec tous les EPI, et ils m'ont emmené à St. Luke", dit Hector, déchirant. Alors qu'Hector se battait pour sa vie à St. Luke, de retour à la maison, Madys a été testée positive. Ses symptômes, bien que beaucoup moins graves, ont fini par être isolée dans une chambre d'hôpital, sans personne de soutien et avec un personnel minimal. Elle n'était qu'une mère difficile, donnant naissance à son fils, qu'elle ne pouvait même pas tenir ou voir pendant des jours, sauf par vidéo. "C'est juste surréaliste. Vous ne pouvez pas croire que cela se produit, comme cela se produit". dit-elle. Les deux, bien que dans des chambres d'hôpital séparées, à part l'un de l'autre, se sont battus. Bientôt, Madys a pu rentrer chez elle, avec son fils. Treize jours après son admission, Hector a été libéré de St. Luke. Ils l'ont renvoyé avec des acclamations, mais sa plus grande victoire a été de rentrer chez lui, son fils nouveau-né, Victor. "C'est la première chose que j'ai faite, je suis sorti de la voiture de mon ami qui m'a ramené à la maison, j'ai couru directement à l'étage vers lui, et ", dit-il. Un jour, ils en parleront à leur petit garçon. Mais pour l'instant, ils s'imprègnent de ces moments, des moments qu'ils savent qu'ils n'auraient peut-être pas connus. Ils sont reconnaissants qu'au milieu d'un chaos massif, on leur ait donné un miracle encore plus grand.