Samedi 28 Novembre 2020

Une femme de Fairfield de 103 ans décède des complications d'un coronavirus


  • Phyllis Beatrice Antonetz, une femme de Fairfield âgée de 103 ans est décédée le 17 avril 2020 en raison de complications du coronavirus, selon sa nécrologie
                                Phyllis Beatrice Antonetz, une femme de Fairfield âgée de 103 ans est décédée le 17 avril 2020 en raison de complications du coronavirus, selon sa nécrologie
                                                                                                                                                                
        

                
                                                                                                                                Photo: photo contribuée

    Une femme de Fairfield de 103 ans décède des complications d'un coronavirus

  • Phyllis Beatrice Antonetz, une femme de Fairfield âgée de 103 ans est décédée le 17 avril 2020 en raison de complications du coronavirus, selon sa nécrologie
                                Phyllis Beatrice Antonetz, une femme de Fairfield âgée de 103 ans est décédée le 17 avril 2020 en raison de complications du coronavirus, selon sa nécrologie
                                                                                                                                                                
        

                                                                                                                                Photo: photo contribuée
                                                        
                                        
        

                                        
                
                

        
            
                
                    
                    Une femme de Fairfield de 103 ans décède des complications d'un coronavirus
                    
                    
                    
                
            
        

                                        
                                    
                Une femme de Fairfield âgée de 103 ans, qui a émis «un sentiment de soleil». décédée le 17 avril, en raison de complications du coronavirus, selon sa nécrologie.

        
                Phyllis Beatrice Antonetz est née à New York le 8 mars 1917.

        
                Ses parents, feu Paul et Catherine (Cundari) Pirro, étaient des immigrants italiens qui, bien que n'ayant pas eux-mêmes d'éducation formelle, étaient déterminés à voir leurs trois enfants étudier dur et réussir, a annoncé son décès. «La quête d'apprentissage de ses parents est restée inculquée à Phyllis tout au long de sa vie, en particulier au cours des dernières années en tant que bénévole travaillant avec des enfants du primaire, à qui elle a partagé son amour pour l'apprentissage.»

        
                                    

                
                Elle s'est inscrite à l'Université de New York où elle a obtenu un baccalauréat ès arts en 1937. Après avoir obtenu son diplôme, elle est devenue une employée à temps plein à R.H. Macy's où elle avait travaillé à temps partiel pendant ses études de premier cycle.

        
                                    
                        
                
                                    

                
                Chez Macy's, elle a occupé divers postes, y compris des postes de haute direction dans plus de 40 départements.

        
                                                
                        
                Pendant de nombreuses années, Phyllis a été enseignante dans plusieurs écoles primaires de Long Island.

        
                Des années plus tard, elle a continué de s'intéresser au travail avec les enfants en tant que bénévole en classe à l'école catholique St. Thomas Aquinas de Fairfield, Connecticut, où elle a déménagé en 1999.

        
                                    
                        
                
                «Tout au long de sa vie, Phyllis a aimé partager l'amour d'apprendre avec les autres, en particulier les jeunes enfants à qui elle aimait inculquer l'amour des livres. Fan de New York Yankees depuis toujours, elle s'approche chaque jour avec un esprit optimiste. Elle croyait en une attitude positive, même un jour de pluie, elle dégagerait un sentiment de soleil qui irradiait un esprit d'espoir, d'amour et de foi », a déclaré sa nécrologie.