Vendredi 20 Juillet 2018

Son fils l'empêche de jouer à FIFA, il lui fracture le crâne

Faut-il craindre la violence dans les jeux vidéo ? Le débat fait rage, plus que jamais. Ici, il n'est pourtant pas question d'un jeu vidéo "violent" demandant aux joueurs de s'entretuer avec d'affreuses armes de guerre... Ici, c'est une simple simulation de football qui a failli coûter la vie à un nourrisson.

Des pleurs qui "le gênaient"

Son fils l empêche de jouer à FIFA, il lui fracture le crâne

Les faits se sont déroulés le 4 septembre dernier. En Belgique, dans la commune de Westende, Bram L. une jeune homme de de 21 ans est soupçonné d'avoir brisé le crâne de son bébé âgé de seulement deux mois. La raison ? L'enfant pleurait tellement que cela l'aurait gêné pendant sa sacrosainte partie de FIFA. Bilan : un bébé qui échappe de justesse à la mort mais ne s'en sort pas indemne.

Un déchaînement de violence

Son fils l empêche de jouer à FIFA, il lui fracture le crâne

Ce sont bien 12 coups d'une grande violence qui se sont abattus sur le crâne du pauvre nourrisson. 12 coups ayant entraîné de graves lésions cérébrales. Le pire a heureusement pu être évité grâce à la réactivité de la mère. Celle-ci dormait dans la chambre voisine. Lorsqu'elle a retrouvé son enfant totalement inconscient, elle s'est précipitée aux urgences

Un accident ?

Son fils l empêche de jouer à FIFA, il lui fracture le crâne

Connu des services de police pour détention de stupéfiants et des actes de violence, le courageux papa aurait d'abord évoqué un accident. La police ne s'est bien sûr pas laissée manipulée et a rapidement obtenu des aveux complets du jeune père. D'après Het Laatse Nieuws, le juge d'instruction de Bruges a décidé de prolonger sa détention pendant un mois en attendant son jugement. Le grand-père du nourrisson a déclaré "Notre famille est profondément choquée par ce qui est arrivé ».

Une petite pensée pour cette famille.


Partager cet article
Thomas
Thomas

Journaliste freelance, fan d'aviron et de voyages.

Commenter cet article
Be Noé, s’est refait une beauté

Fermer