Vendredi 23 Octobre 2020

Hôtel Le Bijou vendant une quarantaine de luxe avec un test de 500 $ contre le coronavirus


À l'intérieur d'un appartement Le Bijou en Suisse. Le BijouLe Bijou, une marque hôtelière suisse de luxe, a mis en place des "appartements de quarantaine" qui incluent des services de santé en chambre, tels que des tests de coronavirus. Un séjour dans l'un de ces appartements varie de 800 $ à 2 000 $ par nuit. Les installations comprennent la livraison de nourriture et un chef personnel, ainsi qu'une salle de sport privée, des soins de spa en chambre et un bureau à domicile. Les invités précédents au Bijou incluent le "Loup de Wall Street" Jordan Belfort et le co-fondateur d'Apple Steve Wozniak. En plus des tests COVID-19, qui coûtent 500 $, les clients peuvent également payer pour d'autres services de santé contre les coronavirus tels que des visites infirmières deux fois par jour pour 1800 $ et une infirmière 24 heures sur 24 pour 4800 $ par jour. Le Bijou a introduit le service de quarantaine après que son PDG, Alexander Hübner, ait remarqué moins de réservations typiques de trois nuits et plus de réservations pour 14 jours ou plus. Lorsqu'on leur a demandé pourquoi les clients prolongeaient leur séjour, beaucoup ont répondu qu'ils réservaient spécifiquement l'appartement en quarantaine. Il a ensuite décidé d'adapter ses services traditionnels pour rendre les appartements entièrement automatisés, notamment en étendant ses services numériques avec un majordome virtuel appelé James, supprimant ainsi le besoin de contact humain lors de l'enregistrement et du départ, par exemple. Le Bijou offre également des séjours gratuits aux travailleurs de la santé, faisant des heures supplémentaires pour aider à faire face à l'épidémie de virus, ainsi qu'aux personnes "dans le besoin".

'Irresponsable'

René Frey, PDG de l'éditeur de guides de voyage Rough Guides, a quitté le siège de son entreprise à Londres pour rentrer chez lui en Suisse il y a près de deux semaines. Alors que le gouvernement suisse a gardé les hôtels ouverts, il a estimé qu'il était "irresponsable, contraire à l'éthique et commercialement mauvais" pour Le Bijou de fonctionner de cette manière pendant la pandémie. La Suisse a mis en œuvre des mesures de distanciation sociale similaires à celles de nombreux autres pays du monde, notamment la fermeture de ses frontières aux personnes des pays à haut risque, l'interdiction des rassemblements de plus de cinq personnes et l'encouragement des personnes à rester chez elles. Selon les dernières données compilées par l'Université Johns Hopkins, 16 605 personnes ont jusqu'à présent été testées positives pour COVID-19 et 433 personnes sont mortes du virus dans le pays. Frey a déclaré qu'il pensait qu'il était irresponsable de prendre de nouvelles réservations dans la situation actuelle, ajoutant qu'il montrait un "manque de solidarité avec tous les petits magasins fermés par la loi fédérale". Nous sommes une PME familiale qui essaie de survivre et de sauver des emplois pour une soixantaine de personnes, sans déposer de demande de renflouement du gouvernement.En plus des magasins d'alimentation et d'autres points de vente qui vendent des articles essentiels de tous les jours, tels que des pharmacies, d'autres magasins et marchés Conseil fédéral. Frey a également critiqué Le Bijou pour avoir facturé 500 $ pour les tests de coronavirus, soulignant que le gouvernement suisse a déclaré que le test de diagnostic serait payé par son assurance maladie obligatoire. Le Conseil fédéral a déclaré qu'il paierait 180 francs suisses (187 $) pour le coût, selon une traduction de l'annonce sur son site Internet. Un porte-parole de Le Bijou a déclaré que les 500 $ couvraient le coût d'un fournisseur de soins de santé certifié administrant en privé le test COVID-19 dans les chambres des invités. Le porte-parole a déclaré que Le Bijou accueille de nombreux citoyens non suisses, qui ne sont peut-être pas couverts par l'assurance maladie du gouvernement. Le porte-parole a déclaré que l'hôtel n'avait pas d'espaces communs. Les clients n'entrent donc en contact avec quelqu'un que lorsqu'ils en font la demande, comme un professionnel de la santé ou un chef personnel. "Nous sommes une PME familiale qui essaie de survivre et de sauver des emplois pour environ 60 personnes, sans déposer de demande de renflouement gouvernemental", a déclaré la personne. Le porte-parole a ajouté qu'il n'était donc pas logique de fermer quand Le Bijou pourrait fournir "un logement sûr et confortable pour ceux qui le recherchent loin de chez eux et pour les agents de santé locaux qui ont besoin d'un endroit pour se reposer gratuitement".

Hôtel Le Bijou vendant une quarantaine de luxe avec un test de 500 $ contre le coronavirus