Vendredi 4 Decembre 2020

Les chefs religieux prévoient des événements pour commémorer les victimes du coronavirus au Royaume-Uni


L'Église d'Angleterre prévoit d'organiser des services de deuil dans les églises paroissiales et les cathédrales plus tard cette année pour les personnes décédées de Covid-19. Un service national de commémoration est également possible lorsque de grands rassemblements de personnes sont autorisés - éventuellement à la date anniversaire de En mars prochain, Stephen Cottrell, le nouvel archevêque de York, a déclaré: «Une fois que nous nous trouverons à un endroit où les horreurs de la pandémie sont plus susceptibles d'être derrière nous que devant nous, l'Église d'Angleterre prévoit en effet de tenir un certain nombre de services de deuil et de commémoration pour ceux qui sont morts de Covid-19 et en remerciement pour tous ceux qui ont pris soin d'eux, en particulier dans le NHS et dans les maisons de soins de haut en bas du pays. "La commémoration de toutes les âmes.

" le 2 novembre est une date possible, a-t-il ajouté. Mais, a-t-il dit, aucun grand service national de commémoration n'était prévu à l'heure actuelle, "bien qu'il soit probable que cela se produise". Cottrell, qui prend ses fonctions d'archevêque de York en juillet après le départ à la retraite de John Sentamu la semaine prochaine, a déclaré: «Il est peu probable que le gouvernement sanctionne tout rassemblement de masse de quelque nature que ce soit pendant quelques mois.

Par conséquent, la tenue de grands événements nationaux, régionaux ou diocésains est encore loin. Certains ont suggéré que quelque chose devrait être fait l'année prochaine à la date anniversaire du début de l'isolement. »L'église préparait des« ressources de culte »pour des commémorations familiales plus petites et des services pour les communautés locales, a-t-il dit.

"En attendant, ceux qui souffrent, ceux qui meurent, ceux qui pleurent et tous ceux qui s'occupent d'eux sont priés chaque jour", a déclaré Cottrell, qui sera confirmé comme archevêque lors d'une cérémonie Zoom au lieu d'un service de la cathédrale de York .- Jusqu'ici, peu de débats ont eu lieu au Royaume-Uni sur la manière de commémorer les personnes décédées lors de la pandémie de Covid. Une minute de silence a été célébrée le 28 avril pour les principaux travailleurs décédés.

L'Espagne, où il y a eu plus de 27 000 morts, a entamé mercredi 10 jours de deuil officiel, avec des drapeaux flottant en berne et une cérémonie commémorative présidée par le roi Felipe VI.La cathédrale Saint-Paul a ouvert un livre du souvenir en ligne plus tôt ce mois-ci et prévoit un mémorial physique dans le transept nord. Au cours de la première semaine, 3 147 noms ont été inscrits dans le livre commémoratif.

David Ison, le doyen de St Paul’s, a déclaré: «Tant de personnes à travers le pays [have been] incapable de dire au revoir ou de pleurer leurs proches de la manière habituelle. Il a été incroyablement émouvant de voir les messages de la famille, des amis et des soignants. Cela nous rappelle que chaque personne décédée à la suite de la pandémie de Covid-19 n'est pas simplement une statistique dans une crise de santé - mais une personne valorisée, manquée et digne de souvenir.

»Dans un message enregistré, le prince Charles a déclaré que Le mémorial virtuel de la cathédrale a été l'occasion de marquer «notre perte et notre chagrin». La cathédrale de Norwich organise tous les mercredis un requiem à l'occasion duquel des bougies sont allumées pour les personnes décédées. Le service n'est pas ouvert au public, mais les gens sont invités à envoyer les noms de ceux dont ils aimeraient qu'on se souvienne.

Rose Hudson-Wilkin, l'évêque de Douvres, a déclaré qu'elle «soutiendrait de tout cœur» l'idée d'un mémorial national ou d'une période de deuil. «Ce serait un acte de solidarité avec les nombreux incapables de pleurer correctement ceux qu'ils ont perdus à cause de les restrictions nécessaires que nous avons dû endurer. Même ceux qui n'ont pas perdu de proches peuvent ressentir du chagrin - que ce soit pour la perte d'emplois ou d'opportunités, ou simplement pour un temps précieux avec ceux dont ils s'occupent », a-t-elle déclaré.

le chagrin à la lumière, le reconnaître et partager notre douleur les uns avec les autres, alors que nous envisageons l'avenir avec espoir. »Harun Khan, le secrétaire général du Muslim Council of Britain, a également soutenu l'idée d'un événement national pour se souvenir de Covid victimes. «La pandémie s'est révélée être une expérience sans précédent, qui a secoué toute notre vie.

Chaque jour, on nous rappelle la fragilité de la vie elle-même », a-t-il déclaré. «Il faut pleurer quand on a perdu. En tant que tel, il demeure d'une importance primordiale que nous nous mobilisions, une fois de plus, pour reconnaître cette perte de vie incalculable, que nous nous réunissions pour démontrer notre soutien collectif aux familles qui pleurent la perte de leurs proches et rendons hommage aux nombreuses dizaines de des milliers de morts.

».