Samedi 28 Novembre 2020

Les marchés européens réagissent au coronavirus et les craintes sur les prix du pétrole


Mercredi, les marchés européens ont échangé en territoire positif, défiant apparemment les inquiétudes généralisées concernant l'épidémie de coronavirus et la chute des prix du pétrole. En Chine, la Commission nationale de la santé (NHC) du pays a déclaré qu'il y avait 30 nouveaux cas confirmés au 21 avril, dont 23 ont été attribués à des voyageurs venant de l'étranger. Cela porte le total du pays à 82 788 cas, a indiqué le NHC. Aucun nouveau décès n'a été signalé. Sur le front des données, l'inflation au Royaume-Uni a baissé en mars, a confirmé mercredi l'Office des statistiques nationales, en raison de la chute des prix du pétrole et de l'escalade de la crise des coronavirus. L'inflation de l'indice des prix à la consommation (IPC) était de 1,5% supérieure à celle de mars 2019.

Les gains en perspective

Les bénéfices des entreprises ont commencé à occuper une place centrale dans la conduite des actions individuelles. AkzoNobel a grimpé de 7,5% en début de séance après avoir annoncé une hausse des bénéfices de base meilleure que prévu au premier trimestre. Le fournisseur de télécommunications finlandais Elisa a augmenté de plus de 4,5% après avoir confirmé ses perspectives pour 2020, malgré l'incertitude liée à la pandémie de coronavirus.La société de recrutement hollandaise Randstad a gagné 3,7% après avoir annoncé qu'elle supprimait les primes de gestion au milieu d'une "baisse sans précédent" de l'activité due à la crise des coronavirus. La société a déclaré un bénéfice de base en baisse de près d'un tiers au premier trimestre 2020 et prévoit de nouveaux défis au deuxième trimestre. À l'autre extrémité de la référence européenne, le conglomérat français Kering a chuté de 6,5% après avoir signalé une forte baisse des ventes au premier trimestre. Mardi.- Weizhen Tan de CNBC, Berkeley Lovelace Jnr. et Eustance Huang a contribué au reportage sur cette histoire.

Les marchés européens réagissent au coronavirus et les craintes sur les prix du pétrole