Mercredi 23 Septembre 2020

De nombreux migrants sur un vol d'expulsion américain avaient un coronavirus, selon le président guatémaltèque


GUATEMALA CITY (Reuters) - Le président guatémaltèque Alejandro Giammattei a déclaré vendredi qu'un grand nombre de migrants en provenance des États-Unis lors d'un vol d'expulsion vers le Guatemala cette semaine étaient infectés par le coronavirus, ajoutant que les autorités américaines avaient confirmé une douzaine de cas. PHOTO DE DOSSIER: Le président du Guatemala, Alejandro Giammattei, regarde pendant une conférence de presse avec Michael Kozak (non illustré), secrétaire adjoint par intérim du Bureau des affaires de l'hémisphère occidental du Département d'État américain, à Guatemala City, Guatemala, le 7 février 2020. REUTERS / Luis EcheverriaGiammattei a déclaré 12 des personnes sélectionnées au hasard lors du vol d'expulsion ont été testées positives pour le coronavirus lors de leur examen par les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis. Il a suggéré que plus de détails sur le vol avaient également été positifs. "Une grande partie a été infectée", a déclaré le président dans un discours télévisé, faisant référence à un vol transportant 73 Guatémaltèques qui a quitté les États-Unis pour Guatemala City lundi. L'administration Trump a fait pression sur le Guatemala pour qu'il continue de recevoir des migrants expulsés malgré la préoccupation croissante de la nation pauvre d'Amérique centrale que les rapatriés apportent le virus avec eux et pourraient infecter des communautés éloignées. Le vol de lundi a été au cœur d'une tempête politique depuis que le ministre guatémaltèque de la Santé, Hugo Monroy, a déclaré cette semaine que jusqu'à 75% des passagers d'un vol d'expulsion étaient infectés par le virus. L'Associated Press a ensuite cité un responsable guatémaltèque affirmant que 44 personnes sur le vol de lundi étaient infectées. Les États-Unis ont déclaré jeudi qu'ils avaient envoyé une mission du CDC pour évaluer la situation et tester les migrants, qui restent en quarantaine dans un hôpital. On ne sait pas quand les déportés ont été infectés. Il y a eu 30 cas confirmés de COVID-19 parmi les employés de l'ICE travaillant dans les centres de détention de l'agence, dont 13 dans le centre de transit d'Alexandrie en Louisiane, selon les données de l'ICE. Les vols expulsant des Guatémaltèques des États-Unis ont été temporairement suspendus jeudi après des informations faisant état d'une infection massive. Les vols de déportation n'avaient repris que lundi après une suspension de cinq jours en raison d'infections antérieures. Ni l'immigration et les douanes américaines, qui exploitent les vols d'expulsion, ni l'ambassade des États-Unis au Guatemala n'ont immédiatement répondu aux demandes de commentaires. Rapport de Sofia Menchu; Écriture de Stefanie Eschenbacher; Édition par Sandra Maler et Gerry DoyleNos normes: les principes de confiance de Thomson Reuters.