Vendredi 15 Octobre 2021

Le pari de Philip Morris : un monde sans cigarettes en 2030


C’est le monde à l’envers  ! Philip Morris International (PMI), numéro un mondial de l’industrie du tabac, milite désormais pour une interdiction de la vente de cigarettes. Le 24 juillet dernier, à l’occasion d’une interview accordée au quotidien The Telegraph, son PDG Jacek Olczak a demandé au gouvernement britannique d’interdire les cigarettes à l’horizon 2030. Un souhait en résonnance avec la stratégie du groupe : changer son modèle économique pour trouver des alternatives et sortir à moyen-terme de la commercialisation de cigarettes.

« Nous pouvons entrevoir un monde sans cigarettes. Et le plus tôt possible sera la meilleure chose pour tout le monde ». Ces propos de Jacek Olczak, PDG de PMI, issus d’un entretien de juillet au journal The Telegraph, affichent une volonté claire : arrêter la commercialisation de cigarettes. Le numéro un mondial du secteur souhaite associer cette ambition aux actes, en adaptant son modèle économique à marche forcée pour sortir rapidement du tabac. Les investissements dans la santé et  les alternatives à la cigarette font également partie de la stratégie. Explications

Le pari de Philip Morris : un monde sans cigarettes en 2030

Plus de vente de tabac au Royaume-Uni dans 10 ans

Un monde sans cigarettes. C’est donc désormais le nouveau mot d’ordre du côté de PMI. Dans l’entretien au quotidien britannique, Jacek Olczak incite le Royaume-Uni à interdire la commercialisation de la cigarette d’ici 2030. « Le gouvernement britannique devrait traiter les cigarettes comme les voitures à essence, et les interdire dans dix ans », ajoute le PDG. Le dirigeant avait déjà exprimé en mai dernier sa volonté « d’une société sans fumée d’ici dix ans au Japon » dans une interview au quotidien Nikkei.

Ces déclarations s’alignent avec la direction prise par le groupe depuis plusieurs années : sortir du marché des cigarettes classiques pour se projeter sur des produits alternatifs plus sains et des entreprises de santé

Investir sur des alternatives à la cigarette classique

En 10 ans, PMI a investi plus de 8 milliards d’euros pour mettre au point des alternatives potentiellement moins nocives à la cigarette. A l’image de son produit Iqos qui, selon PMI, est 90 à 95% moins nocif que les cigarettes traditionnelles. Ce dispositif a recours à du tabac chauffé, permettant d’éviter au fumeur de subir les effets néfastes de la combustion.

Selon un communiqué récent de PMI, « les alternatives aux cigarettes classiques représenteraient 28,5% du CA total au deuxième trimestre 2021 ». Le groupe s’engage également à « diminuer drastiquement la part de la cigarette dans son chiffre d’affaires et faire en sorte que les alternatives sans combustion représentent plus de 50 % des revenus nets totaux de PMI à horizon 2025 ».

Investir dans la santé

Le groupe s’engage également dans le domaine de la santé. PMI a annoncé en juin l’achat du laboratoire pharmaceutique danois Fertin Pharma (spécialise des substituts au tabac) pour un montant de 820 millions de dollars. Le géant a également annoncé début juillet un accord d’1,2 milliard de dollars pour racheter la société britannique Vectura (leader mondial des inhalateurs médicaux).