Vendredi 4 Decembre 2020

Les protestations de George Floyd pourraient alimenter la deuxième vague de coronavirus, préviennent les autorités


LOS ANGELES - Le maire d'Atlanta, l'une des dizaines de villes américaines touchées par des manifestations massives ces derniers jours, a un message pour les manifestants: "Si vous étiez dehors pour protester la nuit dernière, vous devrez probablement passer un test COVID cette semaine."

                      

Les protestations de George Floyd pourraient alimenter la deuxième vague de coronavirus, préviennent les autorités

                      

                      

                    
                      

                      

                      Alors que les ordres d'urgence sont levés et que les plages et les entreprises rouvrent, ajoutez des protestations à la liste des préoccupations concernant une éventuelle deuxième vague d'épidémies de coronavirus. C'est aussi un problème de Paris à Hong Kong, où des manifestants anti-gouvernementaux accusent la police d'utiliser des règles de distanciation sociale pour briser leurs rassemblements.

                      

                      

                      

                    
                      

                      

                      Les experts en matière de santé craignent que les porteurs silencieux du virus qui ne présentent aucun symptôme puissent infecter involontairement d'autres personnes lors de rassemblements avec des gens emballés, joues et applaudissements, souvent sans masque.

                      

                        

                      

                      

                      

                    
                      

                      

                      "Qu'ils soient enflammés ou non, cela ne les empêche pas de contracter le virus", a déclaré Bradley Pollock, président du Département des sciences de la santé publique de l'Université de Californie à Davis.

                      

                      

                      

                    
                      

                      

                      Un manifestant d'Atlanta a déclaré qu'elle n'avait pas le choix après la mort lundi dernier de George Floyd, un homme noir, après qu'un officier de police blanc à Minneapolis lui ait enfoncé un genou dans le cou.

                      

                      
                      
                      

                      

                    
                      

                      

                      "Ce n'est pas bien qu'au milieu d'une pandémie, nous devons être ici en train de risquer nos vies", a déclaré Spence Ingram, une femme noire, après avoir marché avec d'autres manifestants au Capitole de l'État à Atlanta vendredi. "Mais je dois protester pour ma vie et me battre tout le temps pour ma vie."

                      

                      

                      
                        
                        
                        
                        
                        
                        
                        
                        
                        
                        
                        
                        

                        

                      

                    
                      

                      

                      Le maire d'Atlanta, Keisha Lance Bottoms, dans son avertissement samedi soir, a déclaré: "Il y a toujours une pandémie en Amérique qui tue des personnes noires et brunes en plus grand nombre".

                      

                      

                      

                    
                      

                      

                      Après une autre nuit de troubles à Minneapolis, le gouverneur du Minnesota, Tim Walz, a déclaré que de nombreux manifestants portant des masques essayaient simplement de cacher leur identité et "de semer la confusion et de profiter de cette situation".

                      

                      

                      

                    
                      

                      

                      Le commissaire à la santé de l’Etat a averti que les manifestations alimenteraient à coup sûr de nouveaux cas de virus. Le Minnesota a signalé 35 décès jeudi, un sommet d'une journée dans l'épidémie et 29 autres vendredi.

                      

                      

                      

                    
                      
                        
                      

                      

                      «Nous avons deux crises qui sont prises en sandwich l'une sur l'autre», a déclaré le maire de Minneapolis, Jacob Frey.

                      

                      

                      

                    

                    
                      Les manifestations surviennent à un moment où de nombreuses villes américaines commencent à assouplir les commandes de séjour à domicile. Lorsque les responsables de Los Angeles ont annoncé la réouverture des magasins la semaine dernière, ils ont déclaré que les manifestations politiques pourraient reprendre mais avec un plafond de 100 personnes.
                    
                      Cela n'a pas empêché plusieurs centaines de personnes de se présenter à une manifestation qui a fermé une autoroute. La plupart portaient des masques, mais beaucoup n'ont pas observé de zone tampon.
                    
                      Même pour les nombreux manifestants qui portaient des masques, ceux-ci ne garantissent pas la protection contre le coronavirus. Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis recommandent des masques en tissu, car ils peuvent rendre plus difficile la propagation du virus aux personnes infectées, mais ils ne sont pas conçus pour protéger la personne portant le masque contre le virus.
                    
                      En Europe, les syndicats parisiens ont violé l'interdiction des grands rassemblements samedi lors d'une marche pour protester illégalement contre les conditions de travail des travailleurs du pays. La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule et a déclaré qu'elle avait interdit la marche en raison des «risques pour la santé qu'un tel événement est susceptible de générer».
                    
                      La police de Hong Kong a utilisé des gaz lacrymogènes, du gaz poivré et des balles en caoutchouc pour disperser les manifestations ces dernières semaines. L'interdiction des rassemblements de plus de huit personnes a été prolongée jusqu'au 4 juin, jour d'une veillée annuelle aux chandelles pour marquer la répression de l'armée chinoise en 1989 contre les manifestants pro-démocratie sur la place Tiananmen à Pékin.
                    
                      Plus de 6 millions d'infections à coronavirus ont été signalées dans le monde, avec plus de 369 000 décès et plus de 2,5 millions de guérisons, selon le décompte de Johns Hopkins. Le véritable nombre de morts serait largement supérieur, les experts affirmant que de nombreuses victimes sont décédées du virus sans avoir été testées.
                    
                      La situation a empiré en Inde, où de nouveaux cas quotidiens ont dépassé 8 000 pour la première fois et 193 personnes sont mortes au cours des dernières 24 heures. La semaine dernière a été la plus meurtrière pour le pays depuis le début de l'épidémie.
                    
                      En Arabie saoudite, des dizaines de milliers de mosquées ont rouvert dimanche pour la première fois en plus de deux mois, mais le site le plus sacré de l’Islam à La Mecque est resté fermé.
                    
                      Ailleurs, des foules de fidèles attendaient devant la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem avant sa réouverture pour la première fois depuis la mi-mars. Beaucoup portaient des masques chirurgicaux et, en entrant, les fidèles se sont arrêtés pour des contrôles de température.
                    
                      En Amérique du Sud, la ville de Bogota, en Colombie, enfermera une zone de près de 1,5 million de personnes où les cas continuent d'augmenter.
                    
                      La mairesse Claudia Lopez a déclaré samedi que personne dans la zone ouvrière de Kennedy - inaugurée par feu le président américain John F.Kennedy en 1961 - ne sera autorisé à sortir, sauf pour chercher de la nourriture ou des soins médicaux ou en cas d'urgence. Les usines qui avaient été autorisées à fonctionner seront fermées.
                    
                      La région a signalé plus de 2 500 cas et les hôpitaux atteignent leur capacité maximale.
                    
                      Les événements sportifs d'élite seront autorisés à reprendre en Angleterre à partir de lundi, mais sans spectateurs, ouvrant la voie au retour prévu de la Premier League le 17 juin, la compétition de football la plus riche du monde.
                    
                      Le médecin-chef adjoint de l'Angleterre, Jonathan Van-Tam, a averti que la situation restait globalement précaire. "Je pense que c'est aussi un moment très dangereux", a-t-il déclaré. "Nous devons bien faire les choses."
                    
                      - Seewer signalé à Toledo, Ohio. Des journalistes d'AP du monde entier ont contribué à ce rapport.

Inscrivez-vous aux newsletters quotidiennes

Copyright © 2020 The Washington Times, LLC.
                        
                    

                    
                      
                        

                      
                    

                  

Les images de protestation George floyd