Lundi 13 Juillet 2020

Des restrictions sur les coronavirus forcent l'annulation de vols de recherche dans l'Arctique


Les organisateurs d'une expédition de recherche sur le climat dans l'océan Arctique gelé ont annulé une série de vols de recherche après que le gouvernement norvégien a imposé des restrictions de voyage dans le cadre de ses efforts pour lutter contre le coronavirus. Les vols, qui devaient commencer à partir de Svalbard, un groupe de Les îles situées au nord de la Norvège continentale, ce mois-ci, avaient déjà été retardées lorsqu'un participant était positif pour le virus alors qu'il se trouvait encore en Allemagne. Mais la semaine dernière, la Norvège a imposé de nouvelles restrictions exigeant que tout non-résident entrant dans le pays soit placé en quarantaine pendant deux semaines. Ces obstacles se sont révélés trop difficiles à surmonter sur le plan logistique. "La situation très inhabituelle pour le moment ne nous laisse pas le choix", a déclaré dans un communiqué Andreas Herber, un spécialiste de l'atmosphère de l'Institut Alfred Wegener en Allemagne, qui a organisé l'expédition. Le Dr Herber, qui est le coordinateur des efforts de recherche aéroportés, a déclaré que si d'autres vols prévus pour cet été pouvaient aller de l'avant, l'institut verrait s'il était possible de voler plus souvent pour recueillir plus de données. L'Arctique, connu sous le nom de Mosaic, est centré sur un brise-glace de recherche, Polarstern, qui dérive avec la banquise depuis six mois. Une équipe tournante de chercheurs et de techniciens est à bord pour étudier la glace, l'atmosphère, l'océan et d'autres éléments de l'Arctique central afin de mieux comprendre comment le changement climatique affecte la région.Les vols, qui collecteraient des données sur l'atmosphère et l'épaisseur de la glace de mer, ont été conçus pour compléter la recherche en cours à la surface.Environ 100 chercheurs et membres d'équipage à bord du Polarstern ne sont pas affectés par l'épidémie de coronavirus. La prochaine mission visant à amener une nouvelle équipe de chercheurs sur le navire est prévue pour le mois prochain, lorsque d'autres avions devront effectuer le voyage depuis Svalbard et atterrir sur une piste de glace construite à côté du Polarstern.Les responsables du Wegener Institute ont déclaré que ces vols devraient toujours possible, à moins que la Norvège n'impose des mesures encore plus drastiques. Les restrictions actuelles exigeraient qu'en plus de tests négatifs pour le virus, quiconque se rend sur le navire arrive à Svalbard assez tôt pour attendre la mise en quarantaine. "La propagation de la vague d'infections représente un immense défi pour cette expédition internationale", a déclaré Markus. Rex, climatologue et chef d'expédition. «Notre concept de sécurité représente une réponse proportionnée à la situation actuelle. Cela dit, personne ne peut prédire comment la situation évoluera au cours des prochains mois. »