Samedi 19 Septembre 2020

Le Stud fermera définitivement son bar SoMa en raison de pertes de coronavirus


Lorsque les bars et les clubs de San Francisco rouvriront, The Stud, le plus ancien bar queer de la ville, exploité en continu, pourrait être parmi eux - mais pas depuis longtemps, une maison encombrée de kitsch au 399 Ninth St.

                                                                
                                                                Le collectif qui gère le club a annoncé mercredi soir que les membres avaient décidé de fermer l'emplacement actuel des rues Ninth et Harrison à SoMa, la maison du bar depuis 1987. Honey Mahogany, l'un des membres de la coopérative, a confirmé pour The Chronicle qu'ils prévu de chercher une nouvelle maison pour le bar de 54 ans.

Le Stud fermera définitivement son bar SoMa en raison de pertes de coronavirus

                                                                En attendant, ils prévoient de poursuivre leurs opérations en ligne, qui incluent un podcast sur l'histoire queer et une vitrine hebdomadaire de drag en ligne.

                                                                "Le Stud, l'entité de la vie nocturne, n'est pas mort", a écrit une autre copropriétaire, Marke B., sur l'alternative S.F. site d'actualités 48 Hills. "Nous allons encore revenir quand ce sera fini - un espace différent avec la même ambiance amoureusement scandaleuse."

                                                                La décision elle-même n'est pas entièrement surprenante. Le bar a presque fermé en 2016 en raison d'une augmentation de loyer, mais a été sauvé par un groupe de clients qui ont rallié et retravaillé le Stud en tant que coopérative. Ce collectif est à la recherche d'un nouvel endroit depuis presque aussi longtemps qu'il est propriétaire de l'espace. Le loyer du bar est prohibitif depuis des années. Lorsque Michael McElhaney, l'ancien propriétaire, l'a ensuite mis en vente, il a dit que le loyer était de 3 800 $ par mois.

                                                                

Parmi les nombreux bars gays de la ville, le Stud a depuis longtemps la réputation d'être le foyer d'une scène queer alternative, délibérément ouverte à tous.

                                                                "Chaque soir, vous verrez des hommes en cuir, des punks aux cheveux roses et même des femmes", lit un article de 1980 dans le magazine Drummer. "Mais le mélange fonctionne à merveille et le Stud reste l'un des bars de danse dominants dans une ville célèbre pour ses discothèques et ses clubs."

                                                                
                                                                Etta James y a joué; Sylvester, Bjork, Lady Gaga et RuPaul aussi. Au fil des ans, la scène du Stud a accueilli un large éventail de musiques expérimentales et de performances. Et plus récemment, après que le collectif a pris le contrôle du bar, il a semblé entrer dans une nouvelle renaissance.

                                                                Le Stud a prouvé qu'il pouvait survivre à un déménagement lorsqu'il a quitté son emplacement d'origine sur la rue Folsom en 1987, et il ne manque pas de soutien politique local. Le sénateur de l'État, Scott Wiener, et le superviseur de la ville, Matt Haney, prévoient assister à la conférence de presse du Stud prévue à 14 heures. Jeudi, au cours de laquelle les propriétaires du bar prévoient de tracer l'avenir du Stud.

                                                                Un «enterrement de drag» pour «honorer la fin d'une ère de vie nocturne LGBT» est prévu pour le 31 mai.

                                                                L'auteur de l'équipe du San Francisco Chronicle, Matt Kawahara, a contribué à ce rapport.

                                                                Ryan Kost est un rédacteur du San Francisco Chronicle. Courriel: rkost@sfchronicle.com Twitter: @RyanKost