Dimanche 22 Octobre 2017

Succession Charles Trenet : nouveau rebondissement

Alors que l’album-hommage de Benjamin Biolay est sur le point de sortir,  un nouvel épisode judiciaire vient de s’ouvrir dans la succession Charles Trenet.

Maurice Khardine vient de porter plainte pour blanchiment d’argent en bande organisée contre la maison d’éditions Raoul Breton en charge des droits d’auteur du grand Charles disparu en 2001.

Depuis la disparition de l’artiste, les actions en justice menées tour à tour par la famille Trenet, Georges El Assidi, son secrétaire particulier et légataire unique et la société NEST A/S chargée de gérer le patrimoine du « Fou Chantant » viennent ternir quelque peu la mémoire de Charles Trenet.

Succession Charles Trenet : nouveau rebondissement

En grande difficulté financière, Georges El Assidi fait appel à la société danoise NEST A/S en 2006 pour prendre en charge la gestion de son patrimoine. Mais en 2007, il porte plainte contre ses dirigeants, Maurice Khardine et l’avocat Johan Schlüter, pour escroquerie.

La justice française condamne les deux dirigeants en 2014 après avoir mis les revenus des droits d’auteur sous séquestre.

Maurice Khardine apporte les preuves de son innocence et est relaxé le 10 avril 2015 des faits qui lui sont reprochés.

Aujourd’hui, c’est à son tour de porter plainte contre la maison d’édition musicale Raoul Breton. Il affirme que celle-ci s’est rendue coupable de détournement de droit d’auteurs pour des sommes allant jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’euros par an.

Les éditions Raoul Breton appartiennent à Charles Aznavour. Elles sont dirigées par Gérard Davoust qui est aussi le Président d’Honneur de la SACEM.

Interpellé par les affirmations de Maurice Khardine, qui dit détenir des preuves de l’existence de comptes offshores à Jersey et à l’île Maurice appartenant aux éditions Raoul Breton, le Parquet de Paris a ouvert une information judiciaire.


Partager cet article

Commenter cet article