Dimanche 20 Septembre 2020

Tom Delucchi, ingénieur en soudage à Hanford qui n'a jamais cessé de bricoler, meurt d'un coronavirus


Note de l'éditeur: L'impact de la pandémie de coronavirus est généralement exprimé en nombre de cas et de décès. Mais chaque point de données représente une vie humaine dont la perte est ressentie par d'innombrables autres personnes. Nous en racontons certains dans une série nécrologique intitulée Lives Remembered. Si vous connaissez une personne décédée de COVID-19, veuillez nous en parler en envoyant un e-mail à newstips@seattletimes.com avec la ligne d'objet «Lives Remembered» ou en remplissant le formulaire au bas de cette page. - - - Pour Tom Delucchi, l'atelier d'usinage de son domicile à Richland, était comme une thérapie.Après une journée stressante au travail - il était ingénieur en soudage sur le site de Hanford -, il rentrait chez lui dans son garage et se contentait de bricoler. travail du métal, projets personnels ou aider quelqu'un d'autre, cela n'avait pas d'importance. Des amis apportaient des meubles pour les aider à réparer. Un voisin demanderait des conseils sur l'installation d'un système d'extinction automatique. Depuis le petit garage, il a aidé son beau-frère à concevoir un système d'éoliennes pour alimenter une maison hors réseau en Alaska. "Il avait juste une quantité incroyable de connaissances, il aimait pouvoir le partager avec n'importe qui et tout le monde », a déclaré Kathy Delucchi, sa femme de 47 ans. «Il aimait simplement transmettre des informations.» M. Delucchi est décédé le 1er avril des suites de complications liées à COVID-19. Il avait 69 ans.
Il ne s'est pas contenté de jouer dans la boutique. Il a aidé des amis à rénover leur maison. Il a conçu et installé des systèmes d'irrigation. Il a fait de petits travaux avec des armes à feu, remis à neuf d'anciennes armes à feu.Ce n'était qu'un passe-temps, il n'a jamais fait payer quiconque pour son expertise.Il a construit deux machines à vapeur fonctionnelles, assez grandes pour qu'une personne puisse rouler, qu'il conduirait sur des voies ferrées spéciales près du lac Moses. Il a construit des horloges - horloges de grand-père, horloges de grand-mère, horloges miniatures - toutes en parfait état de fonctionnement. "Je le jure, parfois leur maison était une porte tournante de gens qui venaient le voir et travailler sur quelque chose ou demander ceci ou faire cela", a déclaré sa fille Jessica Delucchi, chef de projet au Pacific Northwest National Laboratory. "Il a toujours voulu aider et transmettre sa connaissance des choses aux gens." Thomas A. Delucchi est né le 20 mars 1951, dans la région de la baie de San Francisco. Il a occupé divers emplois à l'adolescence. Il était un finisseur de meubles et un boulanger et a travaillé pour une entreprise qui entretenait des équipements de football pour les 49ers de San Francisco et les Oakland Raiders.
Il a rencontré Kathy, sa future épouse, à Hillsdale High à San Mateo (il avait un an d'avance). Après leur diplôme, ils se sont mariés et il a rejoint le département de police de San Mateo, où il a été officier pendant plusieurs années.Il est retourné à l'école et a obtenu un diplôme en technologie de soudage du Collège de San Mateo. communauté, en 1978, M. Delucchi a accepté un emploi de Westinghouse pour travailler comme soudeur à Hanford. Il travaillerait sur le site nucléaire, d'abord comme soudeur puis comme ingénieur en soudage, pendant près de trois décennies. Il aimait l'opéra; La Traviata et La Boheme étaient les favoris. Il adorait les desserts. Sa femme a fait des tartes - il avait un penchant spécial pour le boysenberry - mais il était tout aussi heureux avec un de l'épicerie. "S'il était disponible, il le mangerait", a déclaré Kathy Delucchi. "Il n'avait tout simplement pas de préférence de toute façon." Son travail avec deux équipes de la NFL ne s'est pas traduit par un amour du sport, à une exception près. Il a rarement manqué les matchs de football de sa fille. École intermédiaire, lycée, équipes de club: "Il a probablement regardé 1 000 matchs de football", a déclaré Jessica Delucchi. «Il a toléré le sport à cause de moi, il a toujours été favorable et toujours là.»