Lundi 26 Octobre 2020

Twitter ne supprimera pas le tweet irresponsable d'Elon Musk sur le coronavirus


Twitter ne supprimera pas un tweet de l'entrepreneur milliardaire Elon Musk, où il a déclaré que les enfants sont "essentiellement immunisés" contre COVID-19, la maladie causée par le nouveau coronavirus, malgré les premières preuves qu'ils peuvent être infectés et devenir gravement malades.
Musk a envoyé le tweet à 17 h 55 HE jeudi en réponse à une question d'un utilisateur portant le nom d'affichage «Pape plein d'espoir de la religion musulmane».
«Les enfants sont essentiellement immunisés, mais les personnes âgées atteintes de maladies existantes sont vulnérables. Les réunions de famille avec un contact étroit entre les enfants et les grands-parents sont probablement les plus risquées », a écrit Musk.
Twitter a annoncé plus tôt cette semaine qu'il unissait ses forces avec Facebook et d'autres pour lutter contre la désinformation au sujet de la pandémie croissante. Et tandis que les experts conviennent que les personnes âgées souffrant de conditions préexistantes sont à haut risque, la première clause du tweet de Musk semblait en contradiction avec les nouvelles directives de Twitter sur la façon dont il prévoit de modérer le contenu des coronavirus. Dans un blog publié cette semaine, Twitter a déclaré que c'était "[b]rehausser notre définition du préjudicepour aborder un contenu qui va directement à l'encontre des recommandations de sources faisant autorité d'informations mondiales et locales sur la santé publique. » L'un des exemples que l'entreprise a donnés était le suivant:
Déni des faits scientifiques établis sur la transmission pendant la période d'incubation ou des directives de transmission des autorités sanitaires mondiales et locales, telles que «COVID-19 n'infecte pas les enfants parce que nous n'avons vu aucun cas d'enfants malades».
Alors que les plus jeunes semblent, en moyenne, être moins affectés par le COVID-19, il existe des preuves préliminaires qu'il peut encore causer des problèmes de santé majeurs chez certains enfants, et en particulier les nourrissons.
Mais cela ne suffit pas pour mettre le tweet de Musk en territoire de désinformation, selon Twitter.
«Lors de l'examen du contexte général et de la conclusion du Tweet, cela ne viole pas nos règles, a déclaré la société dans un communiqué à The Verge. "Nous continuerons de consulter des partenaires de confiance tels que les autorités sanitaires pour identifier le contenu le plus dangereux."
Musk a sous-estimé à plusieurs reprises la pandémie de coronavirus tout au long du mois de mars. Après avoir déclaré que la panique à propos du virus était «stupide», il a comparé la létalité du COVID-19 à celle des accidents de voiture - qui ne se propagent pas viralement et ne sont pas contagieuses - dans un e-mail aux employés de SpaceX.
Il a poursuivi cette tendance jeudi, même après avoir proposé de fabriquer des ventilateurs désespérément nécessaires.
Le fil qui a conduit au tweet en question a commencé avec le partage par Musk d'une histoire du New York Times sur la façon dont la Chine n'avait signalé aucun nouveau cas de propagation nationale du nouveau coronavirus jeudi. Lorsqu'on lui a demandé s'il croyait les chiffres provenant des dirigeants autoritaires de la Chine, Musk a répondu oui. Il a ensuite poursuivi avec un autre tweet où il a dit qu'il pensait qu'il n'y aurait "probablement" pas de nouveaux cas de COVID-19 d'ici la "fin avril".
Quelques heures seulement après les tweets de Musk, le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a ordonné aux 40 millions d'habitants de l'État de rester chez eux jusqu'à nouvel ordre (sauf pour des activités essentielles comme l'achat de nourriture) pour aider à freiner la propagation du coronavirus. Le gouverneur a déclaré jeudi qu'il pensait que plus de 25 millions de résidents de Californie pourraient être infectés dans les huit prochaines semaines.
Plus tôt ce mois-ci, Twitter a supprimé les tweets de John McAfee, David Clarke et d'autres dans le cadre d'une «approche de tolérance zéro à la manipulation de plate-forme et à toute autre tentative d'abuser de notre service à ce stade critique».