Vendredi 26 Mai 2017

Critique Julius et le Père Noël (2016) film d’animation de Jacob Ley

Julius et le Père Noël, film d’animation de Jacob Ley. Sortie le 23 novembre 2016. Critique

Une histoire pour les tout-petits et les autres …

L’action se déroule en 1930 au Danemark, à l’Orphelinat des Grelots perdu dans la neige.
Julius est un petit garçon de 8 ans qui adore la fête de Noël parce que ce soir là, quelqu’un l’a déposé, alors qu'il était bébé, devant la porte de l’orphelinat. C’est un peu le "chouchou" d’Alfred le Directeur de l’établissement qui est persuadé que c’est le Père Noël qui lui a fait ce cadeau, ce qui ne l’empêche pas d’aimer tous les petits orphelins comme ses propres enfants. Attention, l’orphelinat des Grelots n’est pas un endroit triste.
Grégor et Paul, un peu plus âgés que Julius sont jaloux, ils se moquent de lui, de ses histoires de Noël et le bousculent. Mais il y a pire encore : le Père Noël a disparu !
Julius est aspiré dans un monde magique où il rencontre Sophina, un tout petit ange et Hermann, un cochon en pâte d’amande qui lui apprennent qu’il doit retrouver le Père Noël et que l’horrible Krampus, qui veut le remplacer, est en train de fabriquer des morceaux de charbon qu’il destine à tous les petits enfants...

Julius et le Père Noël, film d’animation de Jacob Ley. Sortie le 23 novembre 2016. Critique

Les ingrédients d’un conte merveilleux

Ce joli conte réunit tout ce qui plait aux enfants, la magie, les lutins, les animaux imaginaires, les gentils et les méchants, les aventures effrayantes mais aussi les miracles qui rassurent, les situations drôles qui font rire. Les personnages sont à leur mesure, Julius est trés gentil, malgré ses 8 ans il est courageux  et brave le danger pour sauver même ses ennemis ... aussi les enfants s’identifieront-ils à lui avec bonheur. Paul et Grégor ne sont pas bien sympathiques, mais ils vont heureusement changer, grâce à Julius. Krampus, le plus affreux, le plus bête et le plus méchant de tous, sera puni et ce sera bien fait pour lui ! Quant à Herman, Sophina, Tonnerre et Eclair, le bouc et la chèvre de paille, ils entourent notre héros de leur amitié et vont l’aider à triompher de tout ce qui veut détruire la fête de Noël.

Julius et le Père Noël, film d’animation de Jacob Ley. Sortie le 23 novembre 2016. Critique

Un monde d’autrefois, une technique d’aujourd’hui

Jacob Ley s’est inspiré des dessins d’elfes réalisés au 19ème siècle par un de ses aieuls, Hans-Christain Ley. Dessins à l'aspect désuet tout à fait charmant, les grands yeux de Julius et de ses camarades, pleins de candeur, sont attendrissants. Les couleurs douces, un peu passées dans certaines séquences, plus éclatantes dans d’autres, évoquent les images d'un vieux livre qui nous emporte dans les traditions et le folklore scandinaves, celui de l'Europe du Nord, de l’Est aussi et c'est magique.
Ce beau résultat est le fruit d’un travail qui mélange plusieurs techniques d’animation  traditionnelles et des techniques d’animation digitale : pâte à modeler, stop motion et papiers découpés, animés en 2D, avec un rendu 3D.
Huit grands décors et soixante cinq petites parties ont été construits en studio avant d’être photographiés et retravaillés par ordinateur.
La production a duré 3 ans.

Julius et le Père Noël, film d’animation de Jacob Ley. Sortie le 23 novembre 2016. Critique

Et le Père Noël ?

Est-ce qu’on le retrouve à la fin ? Est-ce qu’il va pouvoir remplir les souliers des enfants sages et même des enfants pas trop sages ?
Non, non, je ne dévoilerai pas la fin de cette belle et charmante histoire, ce sera un tel plaisir de la faire découvrir à une petite Natasha de 5 ans qui va l’adorer, c’est sûr !

A noter aussi que les allusions au Noël chrétien sont très discrètes, le film pourra séduire tous les publics, petits et grands, des plus croyants aux plus laïques.

Julius et le Père Noël
Réalisateur : Jacob Ley
Animation : Kristjan Moller
Production : Copenhagen Bombay
Durée : 1h20 min
A partir de 4 ans

La bande-annonce


Partager cet article

Agnès Krief
Agnès Krief

Passionnée de cinéma, curieuse de tout.

Commenter cet article