Jeudi 17 Aout 2017

L’avenir à nos pieds (et dans nos têtes)

De quoi sera fait demain ? Que nous réserve l’avenir ? Vais-je trouver le bonheur ?

Avec les nouvelles technologies et le boom de la high-tech, communication, internet et le savoir au bout des mains, on est tombé dans la facilité et la procrastination. On remet tout au lendemain. Même notre bonheur.

On sera plus heureux … demain. Or l’avenir se construit sur des priorités et pas sur des rêves, car il se peut que les rêves ne se réalisent jamais.

Si on fixe des buts et des objectifs précis et concrets, on ira alors dans le droit chemin pour construire notre avenir.

Construire notre avenir, ce n’est pas lancer une pièce de monnaie et voir sur quelle face ça va tomber. Construire notre avenir, c’est savoir qui l’on est et où l’on va pour choisir correctement le chemin à emprunter.

Je me souviens d’un proverbe chinois qui dit « Toutes les fleurs de l’avenir sont dans les semences d’aujourd’hui » et les Chinois ont une capacité à s’adapter impressionnante. Cette grande civilisation a évolué. Sera-t-elle la grande puissance de demain?

L’avenir à nos pieds (et dans nos tête)

Notre plus gros problème pour appréhender les changements, c’est notre capacité à imaginer l’avenir. L’avenir est tellement incertain que nous peinons à donner du crédit à notre imagination. Il est bien plus facile de se souvenir du passé et de dire qu’ « avant, c’était mieux! »

Pour cela, il y a une solution simple: se mettre dans un état d’esprit positif, et

  • Prendre chaque changement comme une opportunité.
  • Se persuader que chaque événement est la meilleure chose qui puisse nous arriver.
  • Faire contre mauvaise fortune, bon coeur et prendre les épreuves comme une autre manière de progresser.

Posez-vous la question: « Quelles sont mes attentes face à la vie ? »

Et pour avoir un début de réponse, commencez par regarder qui vous êtes, déterminer où vous voulez aller et le chemin apparaîtra comme par magie.

« Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va. » Sénèque.


Partager cet article

Commenter cet article