Lundi 23 Octobre 2017

Le carton des cartes virtuelles

En envoyant votre carte de voeux 2013 gratuite, d'un geste anodin, vous participez à la popularité de l' ecard francophone en tant que moyen de correspondance pour la fin d'année. Bien entendu, aucune commune mesure avec les chiffres affolantes des SMS et autres MMS, mais mine de rien, la France est devenue une fervente consommatrice de cette pratique née il y a un peu plus de 10 ans. Jadis, personne de croyait vraiment à cette pratique et autour de vous, beaucoup sont ceux qui dénigrent l' ecard ainsi que son côté trop informel. Et pourtant, la réalité est là, et quelques générations plus tard, nous sommes en passe de devenir des écrivains virtuels car nous lui trouvons que des avantages.

Tout d'abord elle est gratuite, et ça, ça compte beaucoup dans le choix de générations plus jeunes ou plus modestes dans le mode de correspondance désirée. Ensuite, la carte électronique est pratique, puisqu'elle permet un envoi massif et immédiat à l'ensemble de ses contacts, qui aujourd’hui ont presque tous internet à la maison : que ce soit son frère ou bien son grand-père, rares sont ceux qui se passent des services du Web. Enfin, on lui confère des vertus écologiques car elle ne consomme pas de papier, ni d'encres et donc pas de machine à dégagement de CO2, ce qui nous permet d'en envoyer en nombre sans aucun scrupule.

Et il reste sans nul doute ce qui fait son succès : sa différence avec sa consœur papier. Si les premières e-cards étaient des images toutes simples, on trouve désormais des cartes animées, interactives, en 3D, en vidéos, personnalisables (avec texte et photo), permettant ainsi de varier les plaisirs et de faire coller au maximum le message envoyé à son destinataire. Nous devrions donc être plus de 14 millions de personnes à envoyer un message pour ces fêtes via le web, et en plein essor des téléphones mobiles connectés, ce phénomène est amené à s'amplifier à travers les générations. Les réseaux sociaux, à la popularité bien connue, ne sont pas en reste, car ils restent un vecteur de diffusion de ces messages très important compte tenu que près d'un français sur 2 possède un compte Facebook par exemple.

La version papier, elle, garde sa pertinence pour des occasions plus formelles comme les événements importants tels que les mariages, naissances, ou anniversaires. Bien que là aussi, une autre révolution est en marche...


Partager cet article

Commenter cet article