Mardi 17 Octobre 2017

Les différents sujets de la formation RBQ

La Régie du Bâtiment du Québec est bien connue comme étant un des principaux cauchemars des entrepreneurs québécois du milieu de la construction. Grâce aux très nombreuses règles et aux lois qu’elle impose, elle met en échec bien des entrepreneurs malhonnêtes ainsi que quelques gens bien honnêtes. Elle met notamment à jours plusieurs fois par année les chapitres de ses lois qui sont inadaptés aux réalités actuelles de la province : par exemple, les normes de sécurité reliées aux incendies furent nettement améliorées récemment.

Tous les entrepreneurs devront donc recevoir  une formation RBQ  de qualité s’ils désirent un jour réussir les examens de la Régie du Bâtiment et ainsi recevoir leur licence, qui leur permettra de travailler sans risquer de recevoir une lourde pénalité de l’organisme. Plusieurs sujets doivent toutefois être couverts par la formation afin que celle-ci prépare adéquatement l’entrepreneur.

Formation RBQ

La gestion de la sécurité sur un chantier

Ce type d’examen porte sur la gestion de la prévention, des dossiers d’indemnisation des employés de chantier, de la gestion de la cotisation ainsi que des différents lois et règlements qui régissent la sécurité sur le chantier. Pour la gestion de la prévention, il faudra par exemple être en mesure d’identifier les risques associés à plusieurs travaux différents du domaine de la construction. La connaissance des procédures à respecter en cas d’accident, par exemple la tenue d’un registre des accidents, est également requise. Parmi les autres compétences à développer pour cet examen, on parle d’attitude professionnelle (pour implanter des méthodes et une structure sécuritaires), d’une bonne communication pour transmettre l’information reliée à la sécurité de façon adéquate à ses employés ainsi que la prise de décision, pour mettre en place un programme de prévention sur les chantiers.

Ces compétences étant également requises pour les trois autres sous-thèmes de l’examen, il sera nettement préférable de consulter le site web de la Régie pour en savoir davantage sur le sujet.

L’administration

Dans le cadre d’un cours sur l’administration, notons que l’examen est deux fois plus long que celui sur la sécurité des chantiers : la durée passe de 1h30 à 3h00 dans ce cas-ci. Les principaux thèmes de ce cours sont la gestion financière, le management ainsi que les relations de travail entre les employés et le gestionnaire de l’entreprise. Ici, l’entrepreneur apprendra par exemple à comprendre les principes de rentabilité pour un projet (de construction ou de rénovation). Il découvrira également les bases de la création d’un bon budget ainsi que le traitement de base des paies. Il est évidemment qu’après un cours sur ce module, l’entrepreneur ne sera pas en mesure lui-même de gérer l’ensemble de sa comptabilité : il devrait toutefois mieux comprendre le jargon comptable de la firme qu’il engagera pour s’en occuper!

Gestion de projets et de chantiers

Dans ce dernier module, il faudra trimer dur : les deux examens sont d’une durée combinée de 4h30. Encore une fois, il y aura un certain aspect relié à la législation en place. En plus, l’examen portera sur l’estimation des coûts d’un projet, comment offrir une bonne soumission, lire et comprendre des devis et plus encore. La gestion de projets sera étudiée notamment sous l’angle des échéanciers ainsi que la gestion des différentes étapes d’un projet de construction. Un bon cours devrait également expliquer à l’entrepreneur les bonnes pratiques en termes d’interaction avec les fournisseurs et les sous-traitants, qui seront essentiels à bien des projets de construction.

Choisir une bonne école

En général, il sera recommandé de choisir une bonne école afin de pouvoir être fin prêt plus rapidement à l’examen de la Régie du Bâtiment. La Corporation des Entrepreneurs Spécialisés du Grand Montréal, par exemple est une des écoles qui pourraient être recommandées pour les habitants de la métropole montréalaise. Il en existe plusieurs d’autres un peu partout au Québec, vous aurez donc amplement le choix!


Partager cet article

Commenter cet article