in ,

Le réseau ferroviaire français est vieillissant

Lorsque vous prenez le train en France, vous avez de bonnes chances de circuler sur des rails installés à l'époque de François Mitterrand. L'âge moyen des lignes ferroviaires en France est de 30 ans — et jusqu'à 36 ans pour les lignes secondaires — contre 17 ans en Allemagne.

Des rails vétustes

La vétusté des rails est un problème majeur, qui questionne la fiabilité, la sécurité et la performance de toute l'infrastructure. Le Sénat, l'Autorité des transports et la SNCF ont déjà alerté sur la dégradation du réseau ferroviaire français. Le Sénat a ainsi déclaré, en réponse au contrat de performance signé par l'État et la SNCF : « ce contrat acte le vieillissement du réseau pour les lignes structurantes régionales ». Si ces lignes sont dites structurantes, c'est qu'elles sont essentielles au maillage rural français, à la politique de décentralisation, et au développement économique local.

Le réseau ferroviaire français est vieillissant

L’Autorité de régulation des transports (ART), dirigée par Bernard Romana, avait de son côté dénoncé « une occasion manquée », et alerté sur des risques de dégradation accélérée. Le 16 février 2022, c'est l’ancien président-directeur général de la SNCF Réseau, Luc Lallemand, qui a regretté le manque d’ambitions du contrat devant la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat. Ces deux points de vue se complètent : refuser d'investir maintenant dans la modernisation du réseau ferroviaire, c'est à la fois accélérer son vieillissement et les problèmes que cela engendre, avec notamment des inégalités territoriales, et c'est se fermer des opportunités, au moment où il faudrait encourager les alternatives de transport écologiques.

Un problème de sécurité

La SNCF Voyageurs a, elle aussi, mis en œuvre plusieurs mesures pour améliorer la satisfaction client, notamment via des tarifs plus accessibles et des applications mobiles. Mais les applications ont déçu, et les plaintes perdurent concernant le manque d'information et le flou tarifaire.

Ces alertes ne sont pas à prendre à la légère. Il s'agit de la sécurité des passagers, de la qualité des transports nationaux, et de la compétitivité économique de la France, à l'échelle européenne. Il est donc urgent et crucial d'investir dans la modernisation des infrastructures ferroviaires en France, ou de soutenir des alternatives pour un transport fiable, sécurisé et efficace.

Des projets de modernisation

La modernisation du réseau aurait d'autres avantages : tout d'abord, elle permettrait de réduire l'impact écologique des transports, avec un matériel plus moderne et moins consommateur d'énergie. Face à l'urgence de la crise climatique, il est du devoir du gouvernement français de proposer un service de transport national écologique et accessible.

Ensuite, les investissements massifs que nécessite le renouvellement de l'infrastructure ferroviaire sont synonymes de création d'emploi, à l'heure où l'on parle de ré-industrialisation française. C'est particulièrement vrai dans les territoires, qui bénéficieraient aussi bien des grands travaux publics que des opportunités créées par une meilleure desserte des zones rurales.

Abandonner les « petites lignes » n'est pas qu'un choix stratégique de la SNCF : c'est un choix politique, avec des conséquences sur l'économie des territoires, sur l'écologie, et sur le confort et la satisfaction des voyageurs.

    • Le réseau ferroviaire français est vieillissant : Les rails ont en moyenne 30 ans, ce qui pose des problèmes de fiabilité et de sécurité.
    • Un problème de sécurité : La vétusté du réseau met en danger les passagers et la compétitivité économique de la France.
    • Des projets de modernisation : Investir dans la modernisation permettrait de réduire l'impact environnemental, créer des emplois et améliorer le confort des voyageurs.
Francois Dupont

Francois Dupont

Fasciné par le monde des médias, François a dédié sa carrière au
journalisme collaboratif. Sa curiosité insatiable l'a poussé à
écrire sur de multiples sujets, du cinéma à la technologie en
passant par la vie étudiante. Aujourd'hui, il partage son expertise
dans le domaine de l'immobilier sur Ze Mag Magazine Collaboratif
avec passion et objectivité, offrant à ses lecteurs des conseils
avisés pour investir et gérer leurs biens.