Vendredi 18 Janvier 2019

Le trafic de loutres se perpétue à cause des réseaux sociaux !

L’Homme continue de faire n’importe quoi avec les animaux. Visiblement inconscient du carnage qu’il abat sur l’équilibre naturel de la vie, il se permet de croire que tout lui appartient. A cause d’une nouvelle mode circulant sur Internet, il lui semble normal d’adopter une “loutre de compagnie” sous prétexte qu’elle est mignonne. Mais une loutre n’est pas un chien, ni un chat, ni un hamster !

Le trafic de loutres se perpétue à cause des réseaux sociaux !

La loutre sakura : la nouvelle star des réseaux sociaux en Asie

Mignonne et adorable, la loutre sakura fait fureur sur les réseaux sociaux asiatiques. Bien évidemment qu’elle est à croquer lorsqu’elle joue avec des balles ou lorsqu’elle fait des pirouettes. Certaines personnes ont même réussi à la tenir en laisse. De quoi donner envie d’avoir sa propre loutre de compagnie. Des utilisateurs, friands de faire le buzz sur les réseaux sociaux, font tout pour s’en procurer une afin de récolter un maximum de like.

Mais la loutre n’est pas un animal de compagnie et encore moins un phénomène de foire. Il s’agit d’un animal sauvage classé comme étant une espèce menacée sur la liste de l’IUCN.

Les loutres victimes du trafic d’animaux

A cause de cette grande mode proliférant sur les réseaux sociaux, ces animaux deviennent victimes de trafics illégaux.

Des scientifiques ont remarqué la disparition alarmante des loutres dans leurs habitats naturels. La loutre sakura ainsi que trois autres espèces (la loutre européenne, la loutre de Sumatra et la loutre au pelage lisse) deviennent l’objet de ventes illégales sur Internet malgré leur place sur la liste des animaux vulnérables et en danger.

De plus, l’association Traffic (luttant contre le trafic d’animaux sauvage sur le web) a recensé plus de 700 annonces de vente de loutres sur Facebook. Malheureusement, la plupart d’entre elles étaient des bébés loutres non-sevrées, séparées trop tôt à leurs parents.

Limiter les trafics

Des réglementations ont été imposé par les pays asiatiques à ce sujet. Toutes exportations de cet animal nécessitera un permis spécifique. Ainsi, les loutres asiatiques figurent désormais à l’Appendice II de la convention CITES. Leur commerce sera possible, mais contrôlé et encadré. La détention d’une loutre est devenue interdite.

Néanmoins, dissuader les acheteurs restent la meilleure option pour limiter les trafics d’animaux. Certaines associations essaient ainsi de justifier pourquoi la loutre ne peut pas être un animal de compagnie. Ces animaux sauvages sont habitués aux zones humides, ont besoin d’une alimentation spécifiques ainsi que de nombreux traitements pour limiter les risques de maladies. La loutre peut également être malpropre, bruyante, et parfois agressive, d’autan plus que ses dents sont très pointues.  La loutre est un animal social. Elle vit avec plusieurs individus de son espèce. Elle n’est pas faite pour vivre en captivité sous peine de troubles du comportement.

Laissons les animaux sauvages à leur juste place, pour éviter que ceux-ci soient malheureux et traumatisés

Commenter cet article
Chasse des oiseaux à la glu : le conseil d'Etat donne son accord

Fermer