Samedi 21 Janvier 2017

Pourquoi plus d'un tiers des e-commerçant se plante ?

N’est pas e-commerçant qui veut. Si autrefois, il suffisait autrefois de bricoler un petit site web dans le garage pour réussir à vendre sur internet, aujourd’hui les règles ont bien changé et des standards se sont imposés. Avec près de 190 000 sites e-commerce en ligne et une croissance qui approche les 13%  pour 9 % de parts de marché, le e-commerce français s’est professionnalisé pour répondre à une demande devenue trop exigeante pour laisser place au hasard. Rapidité, fluidité, facilité d’utilisation, offre, attractivité, confiance, un site de vente en ligne doit obligatoirement répondre à certains critères et les marques qu’ils représentent doivent faire preuve d’une expertise grandissante pour satisfaire leurs clients potentiels.

Alors comment faire pour réussir sur internet en 2016 ?

Avoir un vrai site e-commerce

Avant toute chose, pensez stratégie commerciale ! En amont il est préférable bien entendu de connaitre son marché et le positionnement que la concurrence a pris sur internet, pour ainsi mieux valoriser sa différence. Inutile de vanter que vous vendez la plus grande qualité et le meilleur des services (tout le monde le fait déjà) mais apportez la preuve par l’exemple ou par vos contenus textes, image, vidéos. Ceux-ci doivent refléter distinctement votre expertise   si vous vendez du prix, alors mettez-les en évidence, tout en insistant sur le fait que l’internaute ne trouvera pas moins cher ailleurs. Vous vendez de la qualité, alors démontrez en quoi vos produits comme votre entreprise ont plus de valeur que les autres. Si vos produits sont en milieu de gamme, alors jouez sur d’autres leviers, comme les services – satisfait ou remboursé, livraison en temps record, facilité de paiement, SAV, ect ..-  J’espère que vous l’aurez compris on ne peut plus se permettre d’improviser sur internet pour atteindre des résultats satisfaisants, car il y règne une grandissante guerre commerciale et lorsque votre site est ouvert, celui des concurrents le sont probablement sur les onglets d’à coté.

Pensez aux leviers du marketing

Une fois que le site sera fait, comment avez-vous prévu de le faire connaitre ? Si les meilleurs leviers d’acquisition de trafic restent  encore aujourd’hui le référencement naturel, l’achat de mots clés, l’e-mailing et bien entendu les places de marché, l’affiliation et les cashback doperont en complément votre chiffre d’affaire. Une stratégie de social-selling doit être parallèlement envisagée. Pour faciliter sa remonté au sein des moteurs de recherche dès sa mise en ligne faites vous accompagner par un consultant SEO lors de la création du site. Il saura alors anticiper les impératifs techniques utiles au référencement (temps de chargement, URLs, fichiers racines, sécurité, navigation..) et par son expérience il  vous aiguillera également  sur l’ergonomie.  Hiérarchiser ses catégories à partir des requêtes des internautes plutôt que les produits à forte marge permet par exemple d’intéresser un nombre plus important de visiteurs.

prospection-internet

Source : Fevad

Plusieurs investissements médias online sont donc à intégrer dans le processus de commercialisation afin d’atteindre rapidement vos objectifs en chiffre d’affaire. Ces moyens mis en œuvre pour acquérir du trafic permettent de collecter vos premières données analytiques (first part data), indispensables pour optimiser le parcours client, et ainsi les conversions du site. Quant aux secondes, elles constituent la base de votre écosystème data-marketing  qu’il vous faudra ensuite exploiter pour fidéliser votre clientèle.

Un site e-commerce doit absolument tout intégrer pour pouvoir évoluer régulièrement car les nouveautés ne manqueront pas. Il y a deux ans la recherche prédictive était de rigueur, et l’an dernier c’était la navigation à facette qu’il fallait apposer sur son site e-commerce pour aider les internautes à affiner leur besoin.  Le social couplé à de la vidéo seront utiles pour se faire connaître sur les plateformes communautaires.

Ne rien négliger et encore moins l’investissement en temps

De plus en plus de retailers prennent en ce moment la voie du digital et de ce fait connectent leur commerce à leurs consommateurs, ce qui promet un parcours d'achat appréciés de ceux-ci. Afin de ne pas se laisser distancer par ces acteurs d'envergure, il est nécessaire de prendre les devants. A budget restreint résultats restreints. Le cout de votre communication est à définir selon vos objectifs de croissance. Moins élevés que les supports classiques, les investissements en communication sur internet exigent surtout de l’implication. Il faudra bien s’y préparer, définir des objectifs clairs par supports, planifier, tester, ajuster, analyser, collecter pour mieux assurer l'avenir de son commerce en ligne.

Dago-referencement partage avec vous son analyse sur : que fait Google avec nos sites cette fois-ci ?

Fermer