Lundi 21 Septembre 2020

Un Alaskien est décédé des suites d'un coronavirus dans l'État de Washington, selon des responsables


Le gouverneur Mike Dunleavy parle aux journalistes lors d'une conférence de presse sur le coronavirus début mars. À gauche, le médecin-chef de l'Alaska, la Dre Anne Zink. (Joey Mendolia / Alaska Public Media) Un Alaskien est décédé des suites du coronavirus dans l'État de Washington, ont annoncé mardi des responsables de l'Alaska.

La personne a contracté la maladie et est décédée à Washington, mais elle était résidente de l'Alaska, a déclaré le docteur Anne Zink, médecin-chef de l'Alaska, lors d'une conférence de presse mardi soir. Elle a dit qu'en vertu des règles fédérales, cela compte comme un décès en Alaska. C’est le premier Alaskien à être mort du COVID-19, la maladie causée par le coronavirus.

Un Alaskien est décédé des suites d'un coronavirus dans l'État de Washington, selon des responsables

"Nous savons juste qu'ils n'avaient pas récemment voyagé d'Alaska, ils étaient à Washington depuis un certain temps", a déclaré Zink.

Zink a refusé de dire si le défunt était un homme ou une femme, citant l'intimité du patient. Elle a dit que l'Alaskan faisait partie d'un groupe à risque plus élevé, en tant que personne âgée ayant un problème de santé sous-jacent.

Dans un communiqué publié mardi soir, le ministère de la Santé et des Services sociaux de l'Alaska a déclaré que l'Alaska était un résident du sud-est de l'Alaska décédé le 16 mars dans un établissement de soins de santé du comté de King, dans l'État de Washington, "après un séjour prolongé là-bas".

 Suivez notre couverture continue des coronavirus en Alaska.

Lors de la conférence de presse de mardi, le gouverneur Mike Dunleavy et Zink ont ​​supplié les Alaskiens de rester à la maison, de garder leurs distances et d'éviter les interactions publiques afin que le virus ne décolle pas à travers l'État.

"Vous devez rester loin des autres", a déclaré Dunleavy. "Deux semaines, c'est ce que nous demandons. Nous pensons qu'au cours de cette période de deux semaines, nous pouvons faire beaucoup pour lutter contre ce virus. Nous voulons le faire avec votre aide. "

Dunleavy n'est pas allé jusqu'à émettre une ordonnance de mise en place d'un refuge dans tout l'État mardi, malgré les demandes des médecins et les versions de la mesure promulguée dans les communautés, y compris Anchorage. Il a déclaré dans d'autres États «que tout le monde ne se conforme pas au fait de rester dans sa maison avec ces ordonnances d'abris sur place», et les Alaskiens ont la possibilité de sortir et de rester loin des autres.

"C'est pourquoi vous ne voyez pas un marteau tomber de l'État parce que, d'une certaine manière, nous voulons que les gens se promènent, tant qu'ils sont éloignés les uns des autres", a déclaré Dunleavy. «Nous voulons que les gens fassent du ski de fond avec ce qui reste du printemps. Nous voulons que les gens écrasent leurs chiens ou skijor. »

Le nombre de cas confirmés de COVID-19 en Alaska a continué d'augmenter chaque jour depuis l'annonce du premier cas à Anchorage le 12 mars. Mardi soir, il y avait 42 cas connus de COVID-19 dans l'État, contre 36 la veille. .

Les nouveaux cas incluent deux à Fairbanks, un à Juneau, deux à Ketchikan et un à Sterling, selon le département de la santé de l'État. Le cas de Juneau était lié aux voyages et deux autres cas, l'un à Fairbanks et l'autre à Sterling, "ont été acquis auprès de contacts étroits", a indiqué le ministère de la Santé. Les autres font l'objet d'une enquête. Ils impliquent tous des adultes.

Plus de 1 600 Alaskiens ont maintenant été testés.

 Connexes: les dirigeants de l'Alaska ont pris des mesures drastiques pour ralentir le coronavirus. La «question à 1 million de dollars» est de savoir si cela suffit.

Zink a appelé mardi les Alaskiens à ne pas se considérer comme des exceptions à la distance sociale. Il est maintenant temps de faire une différence pour ralentir la propagation du virus afin que le système de santé de l'Alaska ne soit pas submergé, a-t-elle déclaré.

"Si nous pouvions agiter une baguette magique et que personne ne se trouve à moins de six pieds l'un de l'autre, nous pourrions étouffer ce virus très rapidement", a déclaré Zink. "Mais si nous continuons à nous rassembler, si nous continuons à ne pas nettoyer nos surfaces, si nous continuons à penser que nous sommes une exception spéciale à cela, ça va juste augmenter et ça va continuer."

Elle a dit que les mesures prises par les Alaskiens «signifieront littéralement la vie et la mort entre votre voisin, votre bien-aimé, votre conjoint, vous-même».

"Ce n'est pas quelque chose que nous avons jamais connu auparavant", a-t-elle déclaré. "Et c'est secret et c'est sournois et ça filtre partout, et ça vit sur les surfaces et tu penses que tu vas bien et que tu ne vas pas."

En plus de la personne décédée, un autre Alaska avec COVID-19 était en soins intensifs mardi dans un hôpital de Juneau.

Lundi, les responsables de l'État ont annoncé une nouvelle quarantaine obligatoire de deux semaines pour toutes les personnes voyageant en Alaska. Elle s'applique aux résidents, aux travailleurs et aux voyageurs et entre en vigueur à 12 h 01 mercredi. L’ordonnance de l’État de fermer les commerces qui, par nécessité, rapprochaient les gens de moins de six pieds les uns des autres est entrée en vigueur mardi soir. Cela comprend les salons de coiffure, les salons de manucure et les boutiques de tatouage, mais exclut les cliniques de soins de santé.

 Connexes: l'indignation croît que de nombreux employés de l'État de l'Alaska ne peuvent pas répondre à l'appel à rester à la maison

Mardi, à travers le pays, il y avait plus de 44 000 cas connus de COVID-19 et 544 décès, selon le CDC.

 Regardez la conférence de presse ici.