Jeudi 20 Septembre 2018

Critique Indian Palace

John Madden se fait plaisir en réunissant la crème des comédiens britanniques pour un film assez simple mais très efficace, avec des personnages attachants, dans une Inde bien entendu colorée et représentée comme le pays étranger qu’elle est pour les sept retraités qui désirent voir du pays.

Synopsis Indian Palace

L’histoire commence avec Evelyn, qui est au téléphone et essaie de résoudre un problème de connexion internet avec une opératrice au cœur de pierre. Nous allons ensuite de personnage en personnage, découvrant chacun leur vie: Norman aimerait retrouver une femme pour se sentir homme, Madge est une raciste xénophobe qui doit se faire opérer et se faire poser une prothèse à la hanche, etc… chacun des sept retraité va alors découvrir une publicité sur internet: un voyage en Inde offert à condition de séjourner dans un magnifique hôtel indien à Jaipur. Mais lorsqu’ils arrivent à Jaipur, l’hôtel n’est pas du tout rénové et ils vont devoir se débrouiller dans un pays qu’ils ne connaissent pas, ni de culture ni de coutume…

Des décors réussis

Ce n’est pas un film qui à pour vocation d’être impressionnant visuellement, c’est une simple comédie attachante. Néanmoins il faut avouer que les décors sont récurrents, il n’y a pas d’endroit inattendu, et comme il y a beaucoup de personnages à suivre alors on saute du coq à l’âne de temps en temps, mais le film reste très compréhensible et très bien mené. La bande son reste peu marquante, la musique sert d’habillage plus que de bouche trou dans des scènes longues et sans intérêts (il faut dire qu’il n’y a pas ce genre de scène). Il y a un mélange indien et anglais au niveau des sonorités, qui se télescopent bien, c’est agréable et tout doux pour les oreilles, pas d’horribles sons grinçants pour nos pauvres petites oreilles si fragiles…

Avis Indian Palace

C’est donc un très bon film, dans un genre classique, c’est du triste et du comique mélangé, un film sans prétention qu’on peut aller voir pour l’histoire ou pour le casting, mais dans tout les cas on n’est pas déçu du temps passé dans la salle, il y a une vraie proximité avec les personnages, et ça m’a personnellement fait plaisir de revoir Dev Patel, qui à débuté dans une série que j’adore (« Skins ») et qui à été révélé plus largement grâce à Slumdog Millionaire, le film exceptionnel de Danny Boyle, ou encore que vous avez pu voir dans Avatar: Le Dernier Maître de l’Air, un bon gros navet tiré d’un dessin animé qui a paradoxalement eut pas mal de succès.

Bande Annonce Indian Palace

 



Commenter cet article
Critique Street Dance 2

Fermer