Jeudi 20 Septembre 2018

Critique Street Dance 2

Ce n’est pas la suite du premier opus, mais c’est le même univers car on retrouve deux des acteurs du premier, et ils récupèrent leur rôles. Peu de chose à dire sur ce film, car l’histoire est la même dès qu’il s’agit d’un film de danse, fil conducteur classique, pas vraiment de surprise, et on relève le niveau avec un beau gosse, une fille ardente, du bon son et des chorégraphies qui donnent le tournis…

Ash, un américain qui à échoué à Londres et qui vent du Pop Corn pendant les compétitions de Street Dance, essaye de défier l’équipe des Invincibles. Il rate malheureusement une figure et s’étale de tout son long sous les huées d’une foule en délire. En sortant, il tombe sur Eddie, un jeune qui veut devenir son manager.

Eddie lui confie que la clé de la réussite pour le Final Clash (la plus grande compétition de Street Dance d’Europe) c’est de voyager et de trouver les meilleurs danseurs un peu partout, les solitaires qui ont fait évolués leurs s dans les rues. Ash est d’accord, et après un tour d’Europe il dégote une troupe bien chargée, avec de véritables virtuoses de Hip Hop et de Street Dance. Il lui manque cependant une chose… Eva, une danseuse de salsa très « caliente ». Ash décide alors de combiner la Street Dance avec de la salsa afin de créer un qui enterrera les Invincibles et permettra à sa troupe de gagner le Final Clash…

La particularité de Street dance est que ce film fait partie de quelques un de ces film qui sont destinées, dans les salles obscures, à n’être diffusés qu’en 3D. Visuellement, le rendu dépote: les chorés sont déjà impressionnantes, et le 3D les rend plus vivantes que vivantes.

La bande son est évidemment boosté à bloc, techno, Hip Hop, Salsa, se mêlent parfaitement entres eux, et la musique est omniprésente du début du film jusqu’à la fin.
1h25, c’est la durée. Il faut avouer que plus long serait trop long. Ce n’est pas qu’on s’ennuie, mais il n’y a pas de surprise. On ne devine pas réellement le scénario mais les événements ne choquent pas tellement ils sont iques.

C’est la même échelle que tous les films de danse que l’on peut voir partout, et ils se sentent obligés de rajouter un problème qui n’a pas lieu d’être: le héros se prend la tête, comme par hasard 2 jours avant la finale, et se demande si le mélange Salsa/Street Dance est judicieux, alors qu’une demie heure avant il voulait casser la tête à tout le monde pour prouver que c’était l’idée du siècle. Ce n’est donc pas un film extraordinaire, mais il vaut le détour, même pour vous les mecs, et ceux qui assument pas, emmenez votre copine.



Commenter cet article
Critique Lock Out

Fermer