Vendredi 4 Decembre 2020

L'Italie appelle à de nouvelles obligations de l'UE pour lutter contre la crise des coronavirus


PHOTO DE DOSSIER: Le ministre italien des Finances, Roberto Gualtieri, participe à un sommet italo-franco d'une journée à Naples, en Italie, le 27 février 2020. REUTERS / Ciro De LucaROME (Reuters) - Le ministre italien de l'Economie, Roberto Gualtieri, a déclaré vendredi que les obligations de l'Union européenne étaient nécessaires pour combattre l'urgence du coronavirus entravant les économies du bloc. "Nous devons prévoir l'émission de titres européens pouvant être utilisés par chaque pays dans les mêmes conditions et liés à la lutte contre le coronavirus et ses conséquences économiques", a déclaré Gualtieri au journal italien Il Corriere della Sera.

«Nous sommes confrontés à un choc symétrique qui affecte tout le monde et nous devons donc utiliser les outils dont nous disposons de manière innovante.» Afin d'empêcher une déroute financière provoquée par une pandémie de détruire l'économie de la zone euro, la Banque centrale européenne a lancé mercredi un programme d'achat d'obligations de 750 milliards d'euros. Gualtieri a salué la décision de la BCE mais a déclaré que la politique monétaire à elle seule ne suffisait pas.

«Nous devons avoir le courage de mettre en place une politique budgétaire commune et coordonnée capable de soutenir l'effort de nos systèmes de santé», a déclaré Gualtieri. Le bilan des décès dus au coronavirus en Italie a dépassé celui de la Chine, où le virus a émergé, jeudi, alors que les hôpitaux ont déclaré qu'ils étaient submergés et que le gouvernement était prêt à prolonger les mesures d'urgence de verrouillage. Vendredi, le Premier ministre Giuseppe Conte a déclaré que l’Union européenne devait utiliser «la pleine puissance de feu» de son fonds de sauvetage de 500 milliards d’euros (534 milliards de dollars) pour faire face à la crise économique de l’Europe lors de la flambée de coronavirus.

Rapport de Giselda Vagnoni; Édité par Kevin LiffeyNos normes: les principes de confiance de Thomson Reuters.