Lundi 23 Octobre 2017

La consommation de tissu technique

Le tissu technique peut être utilisé dans de nombreux domaines comme l’environnement, les transports, la protection individuelle, la construction, l’industrie, l’habillement, l’emballage, l’aménagement, les géotextiles… Dans le monde, les trois principaux secteurs qui le consomment sont les transports, l’industrie et les sports et loisirs. En France ce sont les transports, l’industrie et le médical. Le secteur des transports représente 25.6% des textiles techniques consommés dans le monde et 42% de ceux consommés en France.

La consommation de tissu technique

Globalement, les entreprises françaises qui fabriquent du tissu technique visent cinq marchés : l’industrie, le transport, le médical, les sports et loisirs et l’aménagement de la maison. Plutôt logique par rapport aux chiffres cités ci-dessus. Pour être considéré comme potentiellement intéressant, un marché doit être demandeur d’innovation et ne posséder que très peu de barrières d’entrée.

La recherche sur le tissu technique

Principalement réalisée dans les pays industrialisés, la recherche sur le tissu technique représente un véritable atout pour se démarquer des nouveaux pays industrialisés (principalement localisés en Asie). Les centres de recherche effectuent des travaux sur le matériau (développement de nouvelles fibres), l’utilisation des fibres, le traitement des tissus (développement de nouvelles technologies de mise en œuvre), l’amélioration de la qualité des tissus, l’optimisation de la chaîne de production.

Les secteurs qui investissent le plus dans la recherche et développement sont le médical, les transports, le génie civil et la protection individuelle. Le secteur médical réalise par exemple des recherches sur la biocompatibilité, la nanofiltration ou la biodégradabilité. Les transports sur la recyclabilité des matériaux, l’allègement des structures ou le comportement à haute température. Le génie civil sur les matériaux composites et la protection individuelle sur les vêtements communicants.


Partager cet article

Commenter cet article