Samedi 21 Janvier 2017

Liposuccion abdominale : période postopératoire et complications possibles

La douleur après liposuccion de l’abdomen est modérée et ne nécessite pas généralement des médicaments plus forts que les analgésiques et les antipyrétiques. L’intensité de la douleur est similaire à des courbatures. Elle est plus intense, lorsque la zone opérée est touchée. En tout cas, il y a un certain inconfort à éprouver durant les premiers temps.

Liposuccion abdominale : période postopératoire et complications possibles

Activité de baignade

Il n’y a aucune restriction sur l’activité physique postopératoire. Les patients sont priés de ne pas rester au lit, mais plutôt de se promener à l’intérieur de leur maison ou de quitter leur maison pour une courte promenade le soir de la chirurgie. Le patient devrait prendre une douche au moins une fois ou deux fois par jour, en commençant le matin après le jour de la chirurgie. Par contre, les bains et surtout chauds, ne sont pas autorisés car ils peuvent entraîner une infection des incisions (d’introduction des canules) ou augmenter les douleurs postopératoires.

Quels pièges à éviter lors d’une liposuccion abdominale : Facteurs de risque ?

Avant de décider de faire une liposuccion, le patient est évalué par le chirurgien afin de déterminer s’il y a des problèmes de santé qui pourraient accroître le risque de complications chirurgicales.

Hernie abdominale

Une hernie abdominale  à proximité du nombril, qui est la sortie anormale d’un organe contenu dans l’abdomen à travers un orifice naturel, augmente le risque de pénétration accidentelle dans la cavité abdominale par la canule de liposuccion. Pour éliminer ce risque accru, une hernie abdominale peut être réparée par un chirurgien plusieurs semaines avant une liposuccion abdominale. A ce titre, une cure d’hernie abdominale est une procédure simple qui peut souvent être accomplie sous anesthésie locale.

D’ailleurs, la liposuccion abdominale minimise les risques d’une hernie ombilicale car elle permet de se débarrasser des graisses qui occupent l’espace des organes viscéraux.

Anesthésie générale

Le risque qu’une canule de liposuccion peut accidentellement pénétrer dans la cavité abdominale et causer une blessure intestinale est très faible. Si une canule de liposuccion provoque une perforation de l’intestin, sous anesthésie générale, il pourrait ne pas être diagnostiqué immédiatement. Si le retard va au-delà de 18 à 24 heures, il y a un risque grave d’une infection potentiellement mortelle. En revanche, avec la liposuccion par une anesthésie locale, une perforation de l’intestin traumatique seront diagnostiqués immédiatement et un chirurgien généraliste peut réparer la blessure avant qu’il y ait une infection grave.

Compression excessive

Une compression excessive après une liposuccion abdominale peut nuire à la respiration en limitant l’expansion normale des poumons. En outre, la gaine de contention (vêtement de compression) à porter après l’intervention, peut être dangereuse après une anesthésie générale si elle n’est pas réglable. Le patient doit donc opter pour les vêtements de compression réglables.

Élimination de la graisse excessive

Une élimination de la graisse excessive ou exagérée de l’abdomen peut être une grosse erreur. En effet, l’objectif est de ne pas enlever la graisse autant que possible, mais plutôt d’avoir une silhouette harmonieuse et un ventre plat qui améliore l’apparence du patient.

Ceci étant d’ailleurs le secret d’une liposuccion réussie à tout point de vue.

Chirurgie esthetique
Histoire de la chirurgie esthétique

Fermer