Samedi 24 Octobre 2020

Le coronavirus peut avoir infecté des centaines de milliers de personnes dans le comté de L.A.


Des centaines de milliers de résidents du comté de Los Angeles pourraient avoir été infectés par le coronavirus début avril, dépassant de loin le nombre de cas officiellement confirmés, selon un rapport publié lundi. Les premiers résultats de la première étude à grande échelle traçant la propagation de la coronavirus dans le comté a constaté que 4,1% des adultes avaient des anticorps contre le virus dans leur sang, une indication de l'exposition passée, ce qui se traduit par environ 221 000 à 442 000 adultes qui se sont remis d'une infection, une fois la marge d'erreur prise en compte, selon aux chercheurs menant l'étude. Le comté avait déclaré moins de 8 000 cas à ce moment-là. Les résultats suggèrent que le taux de mortalité pourrait être beaucoup plus faible qu'on ne le pensait. Mais bien que le virus puisse être plus répandu, le taux d'infection reste bien en deçà de l'immunité collective qui, en l'absence de vaccin, serait la clé pour retrouver une vie normale.
"Nous sommes très tôt dans l'épidémie, et de nombreuses autres personnes dans le comté de L.A. pourraient être touchées", a déclaré Neeraj Sood, chef de l'étude et professeur à la Sol Price School of Public Policy de l'USC. «Et à mesure que ce nombre d'infections augmente, le nombre de décès, le nombre d'hospitalisations et le nombre d'admissions aux soins intensifs augmentent également.»
        
            
                
    
    
        
            1/13
        
        
            
                L'infirmière anesthésiste Nilu Patel se tient tranquillement avec ses collègues infirmières de l'UC Irvine Medical Center pour une veillée aux chandelles à leur changement de quart pour décrire les conditions et le besoin de plus de respirateurs N95 et d'équipements de protection nécessaires pour traiter en toute sécurité les patients atteints de coronavirus.
            
            (Robert Gauthier / Los Angeles Times)
        
    

            
        
            
                
    
    
        
            2/13
        
        
            
                Les infirmières autorisées à UC Irvine Medical Center posent pour des selfies campy après une veillée aux chandelles à leur changement de quart.
            
            (Robert Gauthier / Los Angeles Times)
        
    

Le coronavirus peut avoir infecté des centaines de milliers de personnes dans le comté de L.A.

            
        
            
                
    
    
        
            3/13
        
        
            
                L'infirmière Maria Louviaux se tient tranquillement avec ses collègues infirmières de l'UC Irvine Medical Center pour une veille aux chandelles d'une heure pour mettre en évidence les conditions et le besoin de plus de respirateurs N95 et d'équipements de protection nécessaires pour traiter en toute sécurité les patients atteints de coronavirus.
            
            (Robert Gauthier / Los Angeles Times)
        
    

            
        
            
                
    
    
        
            4/13
        
        
            
                L'infirmière autorisée Patty Pinedo prend la température de la résidente Sally Kimani lorsqu'elle entre dans un hôtel de West L.A. qui a été transformé en logement pour les sans-abri pendant la pandémie de coronavirus.
            
            (Myung J. Chun / Los Angeles Times)
        
    

            
        
            
                
    
    
        
            5/13
        
        
            
                CHULA VISTA, CALIF. - VENDREDI 10 AVRIL 2020: Une infirmière obtient de l'aide pour enfiler son équipement de protection individuelle avant de se rendre dans une chambre à pression négative pour administrer les soins d'un patient COVID-19, au Sharp Chula Vista Medical Center de Chula Vista, en Californie, le 10 avril 2020. (Marcus Yam / Los Angeles Times)
            
            (Marcus Yam / Marcus Yam / Marcus Yam / Marcus Yam / Los Angeles Times)
        
    

            
        
            
                
    
    
        
            6/13
        
        
            
                Les pompiers de l'Orange County Fire Authority et d'autres premiers intervenants de Laguna Beach, Santa Ana et Irvine remercient les travailleurs de la santé pour leurs efforts contre le COVID-19 à Mission Hospital
            
            (Robert Gauthier / Los Angeles Times)
        
    

            
        
            
                
    
    
        
            7/13
        
        
            
                L'infirmière de la Croix-Rouge Edith Fernandez, à droite, tend au donneur de sang, Cheri Adams, tandis que l'USC Athletics et la Croix-Rouge organisent une collecte de sang pour aider à maintenir un approvisionnement en sang stable pendant la pandémie de coronavirus au Galen Center de l'USC.
            
            (Genaro Molina / Los Angeles Times)
        
    

            
        
            
                
    
    
        
            8/13
        
        
            
                LOS ANGELES, CA - 16 avril: Marsha Santini, RN à UCLA Medical Center avec ses collègues infirmières et sympathisants se rassemblent pour protester contre le manque d'équipement de protection individuelle (EPI) et la réutilisation de respirateurs N-95 décontaminés pour les agents de santé de première ligne au cours de cette Pandémie de COVID-19, à l'UCLA Ronald Regan Medical Center le jeudi 16 avril 2020 à Los Angeles, CA. (Jason Armond / Los Angeles Times)
            
            (Jason Armond / Jason Armond / Los Angeles Times)
        
    

            
        
            
                
    
    
        
            9/13
        
        
            
                L'infirmière praticienne Christine Alberto met un équipement de protection avant qu'elle et d'autres professionnels de la santé se préparent à sortir de la cabane COVID, le nom de la tente de test COVID-19, pour tester un patient alors qu'il est assis dans sa voiture garée à côté de la tente à Scripps Clinique Torrey Pines à San Diego.
            
            (Hayne Palmour IV / The San Diego Union-Tribune)
        
    

            
        
            
                
    
    
        
            10/13
        
        
            
                Le personnel médical du St.Jude Medical Center se tient sur le trottoir tandis que Fullerton et Brea Firefighters, EMS et Police se réunissent pour manifester leur soutien aux travailleurs de la santé à l'extérieur du St.Jude Medical Center à Fullerton.
            
            (Kent Nishimura / Los Angeles Times)
        
    

            
        
            
                
    
    
        
            11/13
        
        
            
                Les travailleurs de la santé luttant contre la pandémie de coronavirus à l'hôpital adventiste de Glendale à Glendale se rassemblent à l'extérieur de l'établissement pour rendre hommage à leur travail par la police et les pompiers de Glendale.
            
            (Luis Sinco / Los Angeles Times)
        
    

            
        
            
                
    
    
        
            12/13
        
        
            
                 Les travailleurs de la santé de l'UC Irvine Medical Center frappent aux fenêtres en retour de gratitude alors qu'ils regardent environ 25 véhicules des premiers intervenants du comté d'Orange participer à un défilé de reconnaissance en conduisant le COVID-19 à l'hôpital.
            
            (Allen J. Schaben / Los Angeles Times)
        
    

            
        
            
                
    
    
        
            13/13
        
        
            
                Jennifer Adams, une infirmière autorisée, se joint à des collègues du secteur des soins de santé à l'extérieur du centre médical Ronald Reagan de l'UCLA pour appeler le gouvernement fédéral à réagir à l'épidémie de Covid 19.
            
            (Robert Gauthier / Los Angeles Times)
        
    

            
        
    

Les premiers résultats du comté de LA sont intervenus trois jours après que les chercheurs de Stanford ont signalé que le coronavirus semblait avoir circulé beaucoup plus largement dans le comté de Santa Clara qu'on ne le pensait auparavant.Bien que le comté ait signalé environ 1000 cas début avril, les chercheurs de Stanford estiment le nombre réel était de 48 000 à 81 000.
Les résultats renforcent le sentiment qu'une partie importante de ceux qui sont porteurs du virus pourraient ne présenter aucun symptôme, et donc infecter inconsciemment les autres. Le Dr Deborah Birx, coordinatrice du groupe de travail sur le coronavirus du président Trump, a déclaré lors du briefing de la Maison Blanche que les résultats de l'USC soulignent "les inquiétudes concernant la propagation asymptomatique" car il est plus difficile à retracer. "C'est la question fondamentale pour commencer". dit-elle, soulignant l'importance de traiter la maladie comme «hautement contagieuse».
Les tests d'anticorps, également appelés tests sérologiques, sont devenus de plus en plus un point focal dans la réponse au coronavirus, car ils peuvent potentiellement montrer l'étendue réelle de la portée du virus et peuvent donc faire la lumière sur la façon dont la population est proche de l'immunité collective. Cela se produit lorsque suffisamment de personnes ont un certain degré d'immunité au virus qu'il devient difficile pour les infections de se propager.
"Quelle que soit la façon dont vous découpez les données ... il est clair que l'immunité collective dans cette situation ne s'applique pas. C'est encore bien en dessous de ce niveau », a déclaré Natalie Dean, professeur de biostatistique à l'Université de Floride. Ces tests peuvent également fournir une image plus précise de la mortalité du virus. Le taux de mortalité est basé sur le nombre d'infections confirmées; plus le nombre d'infections est élevé, plus le taux de mortalité est faible. Les deux études ont estimé un taux de mortalité de 0,1% à 0,2%, ce qui est plus proche du taux de mortalité associé à la grippe saisonnière.Les chercheurs ont souligné que ces premiers résultats ne devraient pas inciter les gens à ignorer les risques de COVID-19.
Paul Simon, directeur scientifique du département de santé publique du comté de Los Angeles, a noté que le comté faisait en moyenne 50 décès par coronavirus par jour, éclipsant les maladies cardiaques comme le principal tueur. "Si cette mortalité devait se poursuivre pendant toute l'année - nous espérons qu'elle pas, mais si c'était le cas - COVID serait la principale cause de décès dans le comté de Los Angeles ", a déclaré Simon. Les données préliminaires de Los Angeles ont révélé que les hommes étaient plus susceptibles d'être infectés que les femmes. Sept pour cent des Noirs de l'étude se sont révélés positifs, contre 6% des participants blancs, 4% des Américains d'origine asiatique et 2,5% des Latinos. "Il semble y avoir des différences selon le sexe et la race / l'ethnie, mais nous devons vraiment creuser plus profondément pour comprendre », a déclaré Sood. «Est-ce quelque chose sur votre lieu de résidence? Cela vous concerne-t-il de prendre les transports en commun? S'agit-il de votre biologie ou d'une prédisposition génétique? "
L'étude de Santa Clara a recruté environ 3 300 participants sur les réseaux sociaux, ce qui a soulevé certaines inquiétudes quant au fait que les résultats pourraient ne pas être représentatifs du comté dans son ensemble. Les chercheurs ont ajusté leurs données pour tenir compte de ce problème. L'étude a été composée différemment à Los Angeles; 863 adultes ont été sélectionnés par le biais d'une société d'études de marché pour représenter la composition du comté. Les chercheurs du comté et de l'USC ont l'intention de répéter l'étude toutes les deux à trois semaines pendant plusieurs mois, afin de suivre la trajectoire de la propagation du virus.Les deux pays ont utilisé des tests rapides d'anticorps fournis par Premier Biotech, une société basée à Minneapolis. Le test n'a pas encore été approuvé par la FDA, bien que le gouvernement fédéral autorise ces tests à être utilisés pour la surveillance de la santé publique. Ni les études de Stanford ni celles de l'USC n'ont été approuvées par le processus typique d'examen par les pairs, et leurs conclusions initiales ont été férocement débattu. Les chercheurs de l'USC n'ont pas publié lundi de rapport technique sous-jacent détaillant leur méthodologie.
Le Dr Warner Greene, virologue des Gladstone Institutes de San Francisco, a déclaré que des recherches menées à Wuhan, en Chine - où le virus serait originaire - ont révélé que le nombre d'infections était probablement 2,5 fois plus élevé que celui initialement connu. Les études de Los Angeles et de Santa Clara, en revanche, ont indiqué que le nombre réel de cas était entre 28 et 85 fois supérieur aux rapports officiels. "Je ne sais pas encore où se trouve la vérité", a déclaré Greene. «Je sais que nous avons toujours su que nous manquions beaucoup d'infections. Le degré de l'échec est ce qui est en cause. »Eric Topol, médecin et vice-président exécutif de Scripps Research à La Jolla, a comparé les résultats de l'étude de Los Angeles avec ceux d'un hôpital de Wuhan qui a trouvé un taux d'infection oscillant entre 2% et 3 "Vous devez vérifier votre sérologie par rapport à ce qui est connu dans le reste du monde, et les 4,1% qu'ils ont obtenus sont ... considérablement plus élevés que Wuhan", a déclaré Topol. "Nous ne sommes Wuhan nulle part en Californie, à aucun degré d'imagination."
Les deux études en Californie font partie des nouvelles recherches en cours à travers le monde pour tenter de détecter la présence d'anticorps anti-coronavirus afin de trouver des cas qui auraient pu être manqués initialement. «Les premières données de certaines de ces études suggèrent qu'un pourcentage relativement faible de la population peut avoir été infecté, même dans les zones fortement touchées - pas plus de 2% à 3%», a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de la Santé mondiale. Comme les tests de détection des anticorps ont pris de l'importance et sont de plus en plus disponibles sur le marché commercial, il en va de même pour la précision des résultats, en particulier la survenue de faux positifs, ce qui pourrait gonfler l'estimation des taux d'infection. obliger les responsables du comté à changer immédiatement leur réponse au virus. Barbara Ferrer, la plus haute responsable de la santé du comté, a déclaré que le taux élevé d'infection ne faisait que souligner la nécessité de maintenir l'éloignement physique, de porter des couvre-visages en tissu et de rester à la maison en cas de maladie.
"Nous devons supposer qu'à tout moment, nous pourrions être infectés et que toutes les autres personnes avec lesquelles nous entrons en contact pourraient également être infectées", a déclaré Ferrer lundi. Ferrer a également pris soin de noter que l'on ignore encore si la présence d'anticorps dirigés contre ce virus signifie qu'une personne est immunisée. "Être positif pour les anticorps COVID-19 ne signifie pas qu'une personne est immunisée ou qu'une personne n'est pas en mesure être réinfecté », a déclaré Ferrer. «Des recherches supplémentaires sont vraiment nécessaires pour comprendre quelles protections les personnes qui ont peut-être déjà été infectées par COVID-19.» Les rédactrices du Times Deborah Netburn, Emily Baumgaertner et Noah Bierman ont contribué à ce rapport.