Jeudi 13 Decembre 2018

Critique : La Princesse des glaces, un film d’animation d’Aleksey Tsitsilin (2018)

L’histoire

Gerda la Princesse des glaces et son frère Kai  pour gagner leur vie, sont devenus des conférenciers très médiatiques qui racontent, dans les écoles du monde entier, comment Gerda a vaincu la Reine des neiges. Mais, mal payés et lassés par des fans trop démonstratifs, ils décident de retourner au Pays des Légendes. Ils y retrouvent les Trolls et rencontrent Rollan, un apprenti pirate venu du sud qui  part à la recherche de « La pierre aux souhaits » pour retrouver sa mère. Gerda, tombée sous son charme le suit, espérant quant à elle retrouver ses parents prisonnier du Vent du Nord.
La folle aventure commence…

Action, humour et trahison

Arrivés au temple des Trolls qui  abrite l’objet magique, Gerda et Rollan devront braver la colère et la puissance maléfique de la Reine de neiges et du Roi du feu en traversant les pires dangers, dans un environnement apocalyptique, de feu, de glace, d’explosions et de ruines.

Courageusement, Gerda se bat au péril de sa vie et affronte une trahison aussi douloureuse qu’inattendue. Quant aux Trolls, entourés d’autres personnages très sympathiques, ils apportent heureusement à cette aventure sans merci, la dose d’humour et de détente nécessaire pour souffler entre chaque péripétie !

L’équilibre entre frissons et rires est parfait, tout aussi parfait que l’actualisation du conte où s’entremêlent naturellement, un univers fantastique et magique, les liens internet, Wikipédia et le reggae…

Studio Wizart Animation

« La Pricesse des glaces », troisième film d’une série,  est le premier long métrage d’animation du Studio Wizart Animation projeté en salle.  Il fait suite à « The Snow Queen 1 »  et « The Snow Queen 2 », sortis uniquement en vidéo, respectivement en 2012 et 2014.
Aleksey Tsitsilin réalise donc ce dernier opus, plutôt réussi, l’animation n’a rien à envier aux studios plus riches et plus connus, le graphisme, les couleurs, les décors et la qualité de l’image sont de bon niveau et vraiment agréables à regarder.

Si les adultes, qui n’ont pas vu les épisodes précédents peuvent être déconcertés par le début du film, un peu surprenant et par quelques incohérences, les enfants, moins cartésiens heureusement, rentrent sans préalable nécessaire, en immersion totale, dans un conte mouvementé et exaltant,  inspiré de La Reine des neiges  … et le verdict est sans appel, ils adorent!
A voir donc en famille, avec des enfants à partir de 6 ans, dès le 14 févier 2018.

Crédits photos : Wizart Animation

Commenter cet article
Salle Mômes : une salle de cinéma pour les enfants au Pathé La Villette

Fermer