Samedi 20 Octobre 2018

Où en est la reconstruction de Saint-Barthélemy et Saint-Martin, 8 mois après l'ouragan ?

Huit mois après l’ouragan Irma, le plus puissant ouragan de l’Atlantique Nord depuis 1980 et celui à être resté le plus longtemps en catégorie 5, les îles de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, qui avaient été totalement dévastées, se reconstruisent lentement et difficilement. Pourtant, la nouvelle saison cyclonique commence dans moins d’un mois.

Reconstruire vite, mais mieux

À Saint-Barthélemy comme à Saint-Martin, la reconstruction de l’île est laborieuse, notamment parce qu’il n’est pas simple d’acheminer par bateau et par avion les matériaux nécessaires. En plus, leur livraison est coûteuse et lente. Résultat, huit mois après le passage d’Irma, l’île ressemble encore à un chantier à ciel ouvert et il lui faudra encore de longs mois avant de retrouver sa célèbre beauté.

Comme l’île vit presque seulement grâce au tourisme, cet incident météorologique a également profondément entamé l’équilibre économique local. Résultat, chacun se réjouit de savoir qu’en quelques mois, les infrastructures locales ont atteint une capacité d’accueil égale à 50% de ce qu’elle était auparavant. Surtout, chacun y voit l’occasion de reconstruire à l’identique, mais surtout mieux : plus performant, plus esthétique et surtout plus solide.

Le rôle du gouvernement

Après le passage de l’ouragan Irma, le gouvernement avait été largement critiqué pour sa gestion de la crise locale et de nombreuses aides à la reconstruction avaient été promises. Si certaines ont été livrées et si la loi pinel-outre mer incite les métropolitains à investir pour relancer l’économie locale, les habitants ne sont pas pleinement satisfaits.

Effectivement, la saison cyclonique de l’année 2018 commencera dans moins d’un mois et les déchets de la période précédente n’ont toujours pas été évacués. L’île n’est pas encore reconstruite et si un autre ouragan de la même amplitude venait à la traverser, elle pourrait ne jamais s’en remettre. Pourtant, Saint-Barthélemy dispose d’importants moyens puisqu’elle abrite une population très aisée.

Saint-Martin se reconstruit encore plus lentement

À l’inverse de Saint-Barthélemy, Saint-Martin n’est pas habitée par une population aisée et la reconstruction prend encore plus de temps, notamment parce que l’île a été plus durement touchée que sa voisine.

Effectivement, 90% des bâtiments de l’île avaient été touchés et les plus optimistes n’osent pas espérer un retour à la normale avant 2019. En attendant, des milliers de familles vivent comme elles peuvent et se contentent d’habitations précaires et insalubres.

À un mois de la prochaine saison cyclonique, chacun accélère les reconstructions en espérant une année plus clémente pour pouvoir affronter la saison cyclonique de 2019 avec de nouvelles infrastructures plus modernes et plus adaptées.

Commenter cet article
Les monomoteurs General Atomics MQ-1 Predator tirent leur révérence

Fermer