Samedi 17 Novembre 2018

Critique Ted : tu m'as souillé !

Ted est un film américain qui est sorti récemment. Si vous n’en avez jamais entendu parler, c’est que vous n’avez ni télé ni internet ni yeux.
Déjà, j’me rappelle m’être faite agressée par les pubs pour Ted sur Youtube, ça commence bien, la bande annonce ne donne pas envie. Bon, c’est pas grave on tente quand même, histoire de se détendre…
Au passage, le réal, c’est Seth MacFarlane, ouais, le mec qui fait American Dad ! et Les Griffin.

Bande Annonce Ted

Synopsis Ted

Premier soucis, et pas des moindres : l’histoire est basique, déjà vue, et tellement prévisible. Le mec, John Bennet, est un peu un gros gamin de 35 ans qui fait n’importe quoi, à peine irresponsable et puéril, et qui a un ours en peluche vivant, Ted. Il s’engueule avec sa copine, qui est sérieuse et tout, à cause de son n’importe-quoi-esque et sa fusion avec Ted. John se fâche avec Ted et sa meuf parce qu’il est trop con et fait trop de conneries. Niveau conneries, il gère.

Exemple : Tu as le choix, soit tu vas au travail, et tu travailles, soit tu mens à ton patron pour rentrer chez toi fumer des joints avec ton ours en peluche. Oh bah ouais va y barre-toi fumer avec ta peluche. Tellement logique quand tu as 35 ans… (enfin, je sais qu’il y a des gens comme ça, mais faut pas abuser. Ceux qui font ça ils ressemblent pas a des couatèrbak. (oui, je sais c’est quarterback)) Puis il finit par se réconcilier avec sa copine quand Ted a des problèmes. Tout finit bien, c’est trop mignon, petite morale choupinette à la fin.

Merci, on remballe.


Un scénario baclé ?

Trop classique, trop simple, et trop peu efficace. Dommage. Ah pardon, j’ai oublié, il est fan de Flash Gordon. Non, pas fan, il fait une fixette homosexuelle sur l’acteur je pense, vu comme ils ont foutu le personnage partout. Anecdote, ‘connaissez ? On s’en fout un peu de son fétichisme des mecs en collants.
Associé à l’histoire basique cu-cul, l’humour gras et daubé que fait l’ours (principalement) et qui sont toujours sortie de nulle part, sans suite logique avec les conversations, et qui sont soit de cul (pipi-caca staïle), soit racistes.

Du mauvais gout et du très mauvais gout

Je précise quand même, pour les gens qui pourraient penser que je suis une petite puritaine effarouchable chochotte et tout, que j’en fait des blagues de très mauvais goût, ouais même celles sur holocauste, les enfants morts tout ça, mais…la sphère privée ça vous parle ? Parce que dans Ted, ces blagues du plus mauvais goût sont balancées comme ça, gratuitement, dans un film tout public pour enfants (ouais ours en peluche, enfants. CQFD) Personnellement, ça ne m’a pas fait rire, déjà parce que les blagues ne sont pas drôles du tout, (oui, elles sont toutes pas drôles, c’est pas comme dans certains films où une blague est un peu raté-pas-drôle, là c’est tout le film…), mais en plus je me suis sentie gênée, au bout de la 5ème blague raciste du film, c’est bon là, on a compris. C’est pas la peine d’en rajouter. C’est pas un film sur la colonisation, c’est une peluche qui parle et qui fume des joints avec son pote d’enfance qui grandit pas dans sa tête. Qu’ils fassent des blagues, ouais. Mais qu’elles soient drôles, et pas autant craignos.


Troisième point : c’est quoi cette logique de merde ? Du début à la fin c’est improbable. Tout. Oui certes l’ours qui parle ça aide pas, mais quand même. Comment dire, Norah Jones, qui fait un super concert devant tout New York, ça va tu visualises ? Bah normal, t’as Ted (ouais parce qu’il est famous en plus, le Ted, télé, etc. Ils en parlent vite fait au début, que c’est une ancienne célébrité, donc il connait tout le monde), donc Ted, il va voir Norah Jones dans sa loge à la pause de son concert, et lui dit « azy t’as vu y a mon pote Johnny qu’est triste à cause de sa meuf, y peut chanter une chanson de merde pour elle sur la scène devant tout ton public ? » Oui, parce qu’elle accepte. Normal. Même mes potes musicos, ils refuseraient. Mais non, Norah Jones, elle aime quand Ted lui fait une blague raciste sur ses origines. Bah ouais attends, c’est qu’il est trop sexy c’t’ours.

Illogique, et balaise, neumbeur tou : Ted déménage, se trouve un job de caissière (en une minute trente) et trouve un appart d’à peine 200 m2. Cool, faut qu’il m’explique comment il fait ça. Ca résoudrait pas mal de problèmes de logements chez les étudiants.

Petit point illogique, version je pinaille : Les étoiles dans le ciel. Ecoute Mr le réalisateur, je sais pas où tu habites, mais vu la gueule du ciel de St Etienne, je doute que le ciel de New York soit aussi noir que celui du fin fond de l’Ardèche. Non, n’essayez pas de nous faire croire qu’on peut voir les étoiles la nuit en ville. C’est faux. La nuit, le ciel est orange. Pollution lumineuse. C’est tout. Alors Johnny du début et sa grognasse, euh, Laurie, à la fin, qui voient des étoiles filantes, c’est pas possible, okay.

Oui, je vais passer sur Ted qui invite des putes chez Laurie, qui prend un bain, boit des bières sans se saloper, et sans moisir à force. Etc. Etc.

Avis Ted

En résumé, non je n’ai pas aimé ce film. Pas du tout. Et pourtant, niveau pas prise de tête débilité, il aurait pu être à la hauteur, mais non. Et pourtant bis, je suis pas si difficile que ça niveau films, mais là c’en est trop. C’est juste tellement mauvais que c’en est dérangeant.

(Vous inquiétez pas, je vais revenir avec une critique positive de film, promis, j’vais pas vous faire toutes les daubes du siècle.)

Alors, Ted, ça te tente ? Tu l’as vu, t’en as pensé quoi ?

Commenter cet article
Les Comédiens Voix Off en France

Fermer