Vendredi 16 Novembre 2018

Critique American Pie 4

Vous en reprendrez bien une part? Et bien il faut dire que oui, avec plaisir! Nous retrouvons toute la bande du tout premier American Pie qui à eu tant de succès, un régal réellement, car il faut avouer que depuis quelques années la franchise American Pie se relâchait et le dernier en date, les « Sex Commandement », était plutôt affligeant. Mais là, on repart sur de bonnes bases: nous retrouvons donc toute l’équipe originale, 12 ans après leur promo, et ils ont tous beaucoup changé…

Nous débutons l’histoire sur ce qui fait un bon American Pie: une situation banale qui devient extrêmement gênante. Jim est marié avec Michelle et ils ont un fils. Kévin aussi est marié mais est plutôt du genre « homme au foyer », au point que ces potes se fichent de lui. Oz a participé à un grand concours de danse, et est maintenant reporter pour une émission de sport, c’est lui qui semble avoir le mieux réussi sa vie: il est désormais connu et est en couple avec une superbe mannequin (jouée par Katrina Bowden, une vraie bombe dans la lignée de Rosie Huntington-Whiteley de Transformers 3).

Finch est quand à lui introuvable, mais alors que sur Facebook la réunion des anciens élèves est prévue, tous les potes décident de se retrouver 2 jours plus tôt afin de profiter de leurs retrouvailles: à une seule condition, il est hors de question de contacter Stifler. Et bien sûr, pendant qu’ils sont au bar, personne d’autre que Stifler débarque et les retrouves tous là. Au cours de ce week-end, ils vont tous découvrir qu’entre l’être et le paraître, leurs vies ont beaucoup changées et ne sont pas du tout ce qu’ils espéraient, et même de loin…

On revient aux origines, à la véritable base des American Pie: plutôt qu’un ensemble de situation un peu « osées », c’est surtout un retour aux situations compliquées, honteuses, voire humiliante. Le retour du « véritable » Stifler, le Trique- Master, et des ces idées complètements tordues. Mais la vie à changée en 10 ans, les intérêts d’avant ne sont plus ceux du jour, et aucun autre que Stifler va l’apprendre plus durement.

Pas de véritable surprise dans cette œuvre mais c’est le retour du schéma classique, notamment la présence du père de Jim pour l’aider, même s’il s’avèrera que les rôles s’inverseront car se sera au tour du père de Jim d’être un peu perdu et d’avoir besoin de conseils. Et de plus, Stifler aura enfin une très belle occasion de se venger =)
La bande-son est une ique American Pie: sons rock au possible, énergiques, comme d’habitude quoi: rien de plus à dire ^^

En bref, un retour en force du classique, la bande d’ados complètements perturbés et obsédés sont de retour en mode grands et matures, mais avec le désir de revivre un peu les années tranquille du lycée. La vie n’est pas ce qu’elle semble être, et il y a beaucoup de déceptions: mais retrouver ses potes sa fait oublier ses soucis. Il y a également une confrontation entre les ados du jour et les adultes du jour, étaient-ils meilleurs ou pires ?

Il s’avèrera finalement qu’aucune génération ne vaut la précédente, et que de toute façon le véritable plaisir c’est de trouver le temps pour s’éclater et le temps pour être sérieux. En tout cas c’est un véritable plaisir, un bon film pour passer le temps et une partie la réponse à la question « Et après? » que l’on pouvait se poser après « Marions-les! ». Ce n’est pas le film de l’année, mais il fait partie des films à voir.

Commenter cet article
Critique Sur la piste du Marsipulami

Fermer