Vendredi 9 Decembre 2022

Pourquoi faire un don d’urgence face au Coronavirus ?


Comme vous le savez déjà, le monde s’active pour faire face à la crise sanitaire qui la secoue actuellement : le COVID-19. En plus du nombre de personnes infectées qui ne cesse d’évoluer, toute la population française est chamboulée par le confinement, la fermeture des écoles et autres. Pour une lutte sans faille contre cette pandémie, la contribution de tous s’avère impérative. Découvrez ici pourquoi faire un don d’urgence face au Coronavirus.

Les différentes causes d’un don en période de Covid

Le gouvernement français ne peut à lui seul faire face aux différentes conséquences de la pandémie du siècle. Les missions sociales, l’aide aux plus fragiles, aux réfugiés, sans-abris, personnes âgées, l’accompagnement de la santé des personnes les plus fragiles, sont autant de raisons qui doivent vous motiver à faire un don en période de Covid. Dans cette optique, l’Armée du Salut lance une campagne de don d'urgence pour la mission sociale face au Covid.

Pourquoi faire un don d’urgence face au Coronavirus ?

Depuis toujours, l’Armée du Salut s’est fixé comme mission d’aider les plus fragiles. En raison de la pandémie du covid-19, leurs missions et les contraintes auxquelles fait face l’Armée du Salut se sont amplifiées, à tel point que la Fondation se trouve aujourd’hui confrontée à des difficultés pour répondre aux demandes qui leur parviennent. En leur faisant un don covid, vous soutiendrez leurs actions et contribuerez au bien-être des personnes touchées pendant cette crise sanitaire.

Par ailleurs, si vous faites un don en période de covid, vous bénéficiez de plusieurs avantages fiscaux notamment la réduction d’impôts, IFI, etc. En tant que particulier, vous pouvez obtenir jusqu’à 66 % de réduction sur le montant de votre don. Mais si vous êtes une entreprise, 60 % du don est déductible de l’impôt dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaires. Et n'oubliez pas : la lutte contre le covid-19 n'est pas uniquement l'affaire du gouvernement, au contraire, c'est l'affaire de tous.